Err

UNE REGION MYSTERIEUSE

LA BIBLE DU VIEILLARD partie 2 en cours

 

 


     Licence Creative Commons
La Bible du vieillard  de ninourob est mis à disposition selon les termes de la
   
licence Creative Commons Attribution -  Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
                                                Fondé(e) sur une œuvre à ninourob.
                 Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à ninourob.fr.





     LA BIBLE DU VIEILLARD

DEUXIÈME  PARTIE




BAPHOMET - PATER-NOSTER - LE TOMBEAU - JÉRUSALEM
LE NOMBRE D'OR - GRAND MAÎTRE - JÉSUS  -  FRÈRES etc.. 
Tu me dis qu'il y a 25 clous ? Alors on en a oublié un important.
  

                          CARRE-MAGIC



            SATOR
   
AREPO 
   
TENET
   
OPERA
   
ROTAS 


type Le avais  une cape, mais son visage ressemblait à un  crâne de squelette. Alors Eugène je crois que le vase fait référence  au SAINT-GRAAL, Le personnage lui a un rapport étroit avec  la mort. Je te préviens tout de suite que là tu t'attaques à un gros problème. Les chevaliers du temple  ne plaisantaient pas avec les violeurs de tombes et ceux qui voulaient s'en prendre à leur trésor. La sanction  était généralement la mort. Maintenant tu es  prévenu. Bon Germaine ce soir je lirais encore une fois  ma Bible, ensuite j'attendrais quelques temps, pour avoir  du recul sur ces derniers jours qui m'ont secoué quelque peu. à un de ces jours et à bientôt Germaine. Je me demande si je vais continuer à faire des recherches  dans cette ruine. De voir ces cadavres, ces squelettes, et tous ces  os me déprime énormément. Et puis si quelqu'un me remarque, ou me surprenne dans ce lieu, je risque d'avoir de sérieux ennuis. Que vais-je trouver d'important ? Je n'ai jamais été attiré par l'or l'argent et tout le reste. Puis ces morceaux de tissu soutane  ou autre. Pourquoi  sur cette porte ces dessins, coffre, bâton, clef, templier ou sectateur à croix rouge. C'est du chinois  pour moi. Ce qui me retient  avant tout, c'est de trouver des  manuscrits qui pourraient  faire avancer l'histoire de cette époque torturée. Pour le moment je reste à la maison, j’irai au bistro voir  les dernières nouvelles du coin. Quelqu'un a peut-être fouiné  dans les environs de la ruine et que sais-je encore. D'après les gens, Il semblerait que des promeneurs auraient vu des traces de retournement de terre aux environs des pierres tremblantes et  tout  près de la source de Sougraine. Bah ils vont tous sur le territoire de Rennes les bains, et Rennes le Château. Ils ne  font  pas  du  tout mention  de la  région  de  Montferrand. Le vieux  après avoir bu un dernier verre de rouge retourne vers son logis. Là il reprend sa bible et se couche  sur sa paillasse. Bientôt  il s'endormi  après avoir parcouru  une ou deux ligne de la langue > Basque. Durant son sommeil  il  a eu une vision. Un homme était en train de se battre avec de  très nombreux os de squelettes étalés derrière une porte immense. Il se réveilla avec cette vision macabre. Tout en se projetant de l'eau fraîche sur son visage  provenant de la rivière Sals, il se  dit je vais me rendre à la ruine. Il pensa soudainement  à la phrase de sa  bible. Le curé a écrit, ‹ Rival, yelostarria. › Pousser des cris d'horreur à la  vue de l'ennemi et l'attaquer  pour le piller. — to yell, pousser des  cris d'horreur, — to host, attaquer, — to Harry,  piller —. De retours dans le ruine, il enjamba  les  os amoncelés derrière la porte des templiers, puis se rendit  tout de suite devant la porte de la désolation. Il essaya de pousser celle-ci puis il entendit un bruit, comme celui de pas feutrés, un rire qui devait provenir des entrailles de la terre lui glaça le sang. Son cœur battait à tout rompre, de la sueur dégoulinait de son front, il se mit à transpirer  comme une bête, il essaya de dire quelque chose mais un son bizarre sorti de sa gorge  desséchée. Il se dit  je dois devenir fou, je rêve ou quoi ? Soudain il entendit comme un discours que plusieurs personnes disaient en même temps. Ces paroles semblaient provenir de l'au-delà. Un chuchotement  venant du tréfonds des âges parvint  à ses oreilles plusieurs fois comme une litanie. 

  

                           

MARIE DE MAGDALA LA SAINTE AIMANTE.

DEVANT  LA PORTE DE LA DÉSOLATION.

PRÉSENTE  TES VŒUX À LA  SAINTE.

DIT LUI COMBIEN TU L'AIME.

                               ELLE TE FERA UNE RÉVÉLATION


Voilà  que je commence à délirer. Tout ce que je dis, est  dit et répété plusieurs fois mais chuchoté comme un écho. Soudain il regarda en haut, il vit l’image  de la Sainte qui le regardait  avec compassion. Il fit plusieurs signes de croix et baissa les yeux. Cette fois se dit-il,  je suis en train de devenir complètement fou.

Je vais rejoindre Germaine parce que ça ne va plus du tout. C'est elle  qui pourra  m'aider. Après avoir tout rangé, effacé mon passage et toutes traces qui pourraient  me trahir, je me rendis chez Germaine. Je t'attendais, calme toi dit-elle, tient bois un coup de rouge ça ira mieux après. Alors quoi de neuf, et bien figure toi que j'ai entendu des voix. J’étais devant  la porte de la désolation, j’ai levé les yeux puis j'ai vu une Sainte qui me regardait avec compassion. Donc je te disais que les voix sortaient de l'au-delà ou du  tréfonds  des âges. Lorsqu'ils se faisaient entendre c'était comme un écho, on aurait cru  qu'ils étaient des centaines à parler. Ils disaient   ceci :

       SI TU PASSES LA PORTE DE LA DÉSOLATION  TU MOURRA    
      MAIS SI TU DEMANDE A LA SAINTE ELLE POURRA T'AIDER

Tu  dois revoir  certains  passages de ta bible. Il doit y avoir un chapitre  que tu n'as pas bien saisi. Germaine je crois qu'il se passe quelque chose en moi qui a changé. Tu sais dans ma pauvre vie  je n'ai  pas fait beaucoup  de prières, la religion ne m'a pas apporté grand-chose. Ma bible n'est pas vraiment une bible,  c'est plutôt une voie à suivre. C’est surtout un ensemble de sous-entendu qui mène le chercheur dans un labyrinthe,  un gouffre  insondable. Un monde de doutes et de grandes  incertitudes. Je vais voir ce qu'il y a derrière tous ces os, et puis j'ouvrirais la porte de la tentation en faisant très attention, j'espère que je ne serais pas victime  de pièges éventuels.  Bon j'espère te revoir bientôt Germaine et porte toi bien. Le curé  nous  dit  qu'il y a  risque  d'avoir  les  cheveux  blancs. Blanc par le stress, la peur, ou quoi ?  Parce que j'ai connu un type qui a eu les cheveux blancs en une nuit causé par le stress. Il y a des spéléologues qui sorti de leur gouffre se sont retrouvé   avec  des  dépôt  de sel  ,  ou de produits chimiques  collés sur les  cheveux.

Le   vieillard   dans sa masure   se dit soudain, certaines portes ne doivent pas être ouvertes car c'est la curiosité qui pousse  les  hommes à des actes regrettables. Donc j'irai  me mettre dos à la porte pour voir ce qu'il y a en face. De retour à la ruine, le  vieux se retrouve devant la porte de la désolation. Soudain il remarque que devant celle-ci à terre il y a un début de marche .Il se mit à creuser tout autour pour dégager la pierre, puis une espèce de bouillasse commença à se rependre. Quesque c'est que ça ? Ça 
sent le mort, mince alors je vais me tirer de là et vite. Il se  retourna et aperçu en face de la porte un passage étroit. Je vais voir  où il mène vite fait.
J'ai déjà entendu ces propos. Dans certains livres les auteurs disent très bien qu'il faut faire demi-tour à la station II.

 

                                               TEMPLE N °  II

 Je vais reboucher le tour de la porte pour arrêter la bouillasse  puis après on verra. Bon la boue c'est  arrêtée. Dieu sait ce qu'il  y a derrière cette   porte.    Il  s'engage   maintenant  dans l'étroit passage. Mince  ça commence à descendre raide, en plus c'est de plus en plus glissant. Sur la paroi de l'eau suinte de partout.
J'entends des voix : Eugène tu vas mourir  !!!  Dans ma tête ça ne vas pas très bien, je vais boire un petit coup de rouge. Tout à coup, il entendit murmurer, et gémir, puis un bruit de  pièces  qui tombent  sur le sol et des bruits de chaînes  que l'on traîne derrière soi. Maintenant il se tient à la paroi de toutes ses forces. Je ne vais pas tenir très longtemps, si ça continue  je vais me retrouver au fond de ce passage complètement passage complètement  exténué  et  écorché comme un vulgaire poulet. le sol maintenant est un peu moins glissant, moins raide, le passage commence à s'élargir je vais pouvoir respirer un peu. Sur la paroi est écrit Eugène stop ! Soudain il regarda en haut, il vit l’image  de la Sainte qui le regardait encore Avec compassion.  Sancta Maria Mater  Dei ora pro nobis.   C'est le seul morceau de prière qu'il connaisse. Alors sur le visage de la Sainte vierge  une lueur indescriptible  s’afficha et éclaira tout  le passage.

           QUELLE LUMIÈRE AUSSI INTENSE POURRAIT  CACHER AUTANT                                                             DE MYSTÈRE ?

 
Alors  le vieux se dit, je crois que je suis sur la bonne piste et  que je suis accompagné par la Sainte  qui est  en ce lieu. En pensant tout d'un coup, mais à quelle Sainte ? Celle que j'ai vue a les cheveux blonds et les vêtements dorés !! Ce n'est peut-être pas la Sainte vierge. Ce doit-être Marie de Magdala C'est elle qui est adoré dans notre région, et non pas la Vierge Marie. Alors si je ne me trompe pas, C'est elle qui doit  être la  gardienne du sang ROYALE. Dans ce cas le fameux trésor ne se compose pas d’or, mais du vase  le SAINT GRAAL. L'ors de leur venue dans la région de la Camargue avec Salomé etc. Elles ont posé leurs pieds aux Saintes Marie de la mer.  La Sainte est venue avec le rejeton du Christ  le futur Roi des Juifs !! J'en parlerais à Germaine parce que là  c'est un peu trop fort  pour moi.
 

 
 

 LA  COUPE DE  MAGDALA OU COUPE ROYAL.

                       LE SANG  ROYAL  OU LE SAINT  GRAAL.


          Mais je vois au loin un embranchement avec écrit au sol  de
         de chaque boyaux : celui de droite  chemin de la vérité et  celui
         de gauche  chemin de la vérité. Alors là,  faire  un  choix. Si je
        me trompe  c'est la mort  assurée. J'ai déjà vu  ces paroles  mais
         où ? A je sais voir sur ce site : Chemin de croix et bas-relief.  


  Demande  à la Sainte  où  est le chemin de la  vérité ? Elle te répondra  peut-être. A ce moment il  leva les yeux une nouvelle fois. Il vit alors au milieu du boyau de gauche une croix  au sol. Tout émerveillé  il se dit  elle m'a  répondu, elle a répondu  au vieux que je suis. Dorénavant  j'irai  mettre un cierge dans  la petite église de rennes le château, ou des  bains  de Rennes. Je vais retourner à la maison et réfléchir à tout ça. Moi qui ne
pleurais jamais, voilà que maintenant il m'arrive de pleurer  pour un rien. Une grande transformation a eu lieu en moi, mais par quel miracle ? Du rustre que j’étais, je suis à présent  comme un mouton. Ne devient pas Saint qui veut. C'est peut-être les émanations de gaz ou autre chose de plus important  qui me perturbe à ce point. Il faut que je voie Germaine au plus  vite.

Je vois  Germaine. Elle est en prière. Décidément ça devient une mode ou quoi ? Germaine c'est moi Eugène , tu es en train de prier ? Non je suis simplement en méditation, parce qu'avec  ce que j'ai ressenti en ce qui te concerne, ça  m’inquiète un  peu. Je sais ce qui  c'est passé dans le boyau,  Je sais  aussi  que tu as été soutenu par la Magdaléenne en te désignant par  une croix le passage que tu dois emprunter. Mais prend  garde de te
méprendre sur ses intentions .La croix dans les temps anciens était synonyme de mort. N'oublions pas que le Christ est mort sur celle-ci.  Alors prudence. Mais Germaine la croix est aussi la représentation de la flèche, de la direction. Bon Eugène  fait comme tu le ressens, mais prends quand même  tes précautions .Ce qui me surprend, C'est que j'ai l'impression qu'au  niveau où je suis dans le boyau, les parois sont des rochers .Donc je
crois que je ne suis plus dans la ruine, mais bien plus loin  sous la terre. Au sol, sur les côtés, et au-dessus, il y a des suintements d'eau. de l'eau, de l’eau !

 

 

          Eugène écoute ce : PSAUME DE LA BIBLE DE JÉRUSALEM.

                                       Sauve-moi, ô Dieu, car les eaux
                                        me sont rentrées jusqu'à l’âme.

                                      J'enfonce dans la bourbe du gouffre,
                                                 et  rien  qui tienne ;

                                        je suis entré dans l'abîme des eaux
                                                 et le flot  me  submerge.


 Tu sais  Germaine, J'ai de plus en plus  peur, Je crois  que  je vais arrêter là, ça devient  très dangereux, et je suis de moins en moins fort. Je me mets à pleurer pour un rien. J'ai les  sens à vif,  le moindre bruit me fait sursauter. Moi qui avant  étais sans crainte et impatient de tout. Maintenant je suis hésitant et pas sûr du tout de moi. Je vois des Saintes partout, et puis voilà, en quelques sortes tu as peur Eugène, et c'est très bien car autrement tu serais déjà mort depuis  longtemps. Va dans ta masure te reposer un peu, après ça ira mieux. Germaine je ne te reverrais que si j'en ressens un besoin  impératif. Sur ce le vieillard  après avoir salué son amie, redescend  chez  lui. Finalement Germaine ne m'a pas avancé dans mon périple, mais c'est quand même un réconfort. Tout en marchant il se remémore ce qui lui est arrivé ces derniers temps.  Et après avoir dépassé le bain doux, il pense, cet endroit m'attire et excite ma curiosité comme un aimant. Demain je risque le tout pour le tout. Je verrais bien, J’apporterais une boussole. Quesque je fais, j'y  vais maintenant ou demain matin ? Non Ce ne serait pas raisonnable, et puis des chercheurs m'épient peut être, depuis le temps que je navigue dans les environs de Montferrand ça finira par se savoir. Aller direction la masure. Après  trois  jours, il se décide enfin à rejoindre sa ruine. Puis bientôt  il se retrouve devant les deux boyaux. Celui de gauche est toujours pourvu de la croix au sol. Les parois du boyau sont du même rouge que la terre qui est partout dans cette région  de l’Aude. Il se mit à marcher  dans le  boyau, à  marcher assez longtemps .Tout à coup les parois deviennent  d'un noir couleur charbon, au sol  la boue  et l'eau sont partout. Il se dit soudain je vais regarder ma boussole pour voir dans quelle direction  je me dirige. Il s’arrêta  sorti sa boussole et alluma sa torche. Mais je me dirige vers la peyre-dreto, le seul Menhir qui ne  soit pas mentionné dans la bible du curé, Mais avant d'arriver à cette pierre, il  va  falloir passer sous la rivière " Rialsès "  à moins que le boyau bifurque à un moment donné ! Je  rappel, Rialsès real  (rial),  réel, effectif, — cess,  impôt, — coule du  levant au couchant, dans un vallon dont la terre fertile pouvait permettre aux habitants de fournir l'impôt dont les CELTES  frappaient les terrains d'un facile produit. Je vais continuer, le boyau  où je me trouve commence à descendre en pente raide, le sol est couvert de galets. Ces mêmes galets qui se trouvent dans le lit des torrents et des rivières. Les bords du passage sont  fait avec ces galets, le passage  s'élargit mais est très glissant,  je vais me laisser emporter par le courant et puis après je verrais bien où ça me mène. De toute façon si je passe sous le Rialsès, après le passage doit remonter puisque le Menhir est sur  une bute. Maintenant le courant est de plus en plus rapide. Si  ça continu je vais être terrassé, broyé comme une épave qui est en perdition. Bon je lâche .L'eau m'arrive maintenant jusqu'au menton, je sens que je vais bientôt mourir, je sens mes forces  s’épuiser, et puis le torrent me jeta dans une immense  salle, le sol est recouvert de mousse et de lichen, les galets sont de couleur vert. Et puis plus un bruit sauf au loin la cascade  qui continue à se déverser dans un immense siphon. Mais j'y pense tout d'un coup, comment je vais remonter pour rentrer à la maison ?  Je ne pourrais jamais remonter le torrent à contre sens, Je vais déjà voir où je me trouve, mince alors je vois un autel sur la droite, des caisses, des armes anciennes, des crânes,des squelettes enchevêtrés, Une odeur fétide et des dessins  ou graffitis de partout. Je  me trouve dans une salle circulaire, très haute avec des passages en tunnel tous les dix mètres, à chaque entrée un écriteau . Sur celui qui est  en  face  de  moi  est  écrit   VOIE DES CRUCIFIÉS.    et plus loin    VOIE DES BRÛLÉS.   il y a  12  voies. Donc 12   passages, il va falloir choisir encore une fois. IL faut que je sorte de là   au plus vite. Le vieux  tout apeuré regarde en haut, il vit la Sainte qui le regardait avec une grande compassion. Il se dit , il ne me reste plus qu'à prier  très fort. Il se mit à bafouiller quelques mots qu'il ne comprenait pas lui-même, puis il aperçut au fond de la pièce un passage, d’ où sortait   un  brouillard  de  poussières. Il s’approcha, sur l'écriteau était  écrit VOIE DES REPENTIS. etc. De toute façon je n'ai pas le choix, quand  faut y aller, faut y aller.  Je  fais confiance  à ma protectrice. Je regarderais plus tard  en détail ce qui se trouve ici. Il s'approchât de la voie des repentis, une épaisse fumée sort par ce passage. Je n'y vois pas grand-chose. Le sol est couvert de mousse, il commence à faire froid, l'eau a disparu  mais un courant d'air m’arrive de face. Le  passage monte soudain très fortement, les  galets se sont transformés en petits rocs qui deviennent de plus en plus gros.  J'entends  un bruit de sabot au-dessus de moi, des voix se font entendre, c’est du vieux français, ou du patois. C'est bizarre, que se passe-t-il ? Bon je continue je verrais bien.  Le vieux continua à marcher. J'ai comme l’impression que je ne verrais plus  ma  masure. A chaque fois que je parle, ma voie est reconstituée en  double comme un écho.  Je suis fatigué et j'ai faim. Il y a des heures que je marche, je vais bien arriver quelque part à l'air  libre, enfin j'espère. Le passage est maintenant de plus en plus étroit Je sens enfin l'air du dehors me fouetter le visage. Le passage soudain s’arrête, et une grosse dalle au-dessus de ma tête  me bouche le passage. Je vais pousser comme un dingue. Elle  a bougée. Dans un dernier effort il parvient à  pousser la dalle et se retrouve à l'air libre. Ouf, mais où suis-je. Devant lui se dresse l'ancien château  d’Arques majestueux sur sa bute

                                   LE  CHÂTEAU   D'ARQUES 

 Mais alors, je suis passé à côté de la peyre-dreto !!. Maintenant je retourne à la maison, manger, boire et surtout me reposer un peu. Je ne retournerais plus par la ruine.  je passerais par le boyau, je vais nettoyer les abords de la ruine pour effacer toutes traces de mon passage .Une fois que je serais reposé , j'irais revoir la dalle et comment je pourrais faire pour que je rentre dans le boyau sans problème et surtout sans me faire remarquer. J'ai  beaucoup de chose à voir, tous les passages, tout  ce que je n'ai pas remarqué. Je pense que j'en ai pour plusieurs mois. Je vais essayer de prendre un appareil photo mais pas trop  de matos parce que le boyau est vraiment très étroit. Je  pense que  la salle circulaire se trouve à l'aplomb de la peyre-dreto, Il doit certainement y avoir un autre passage parce que pour amener les choses que j'ai aperçu, les caisses, etc... Ce n'est pas possible  de les amener par le passage que j'ai emprunté. Je suis impatient  de retourner là-bas. Mais j'y  pense, peut-être qu'il y a un passage qui va directement au château, un passage secret que personne  n'a trouvé. à notre époque nous l'aurions su quand même ? Non  ce n'est pas possible, c'était plutôt  une bâtisse d'agrément  pour un petit châtelain, ce n'était pas une forteresse royale avec tout ce qui  ci rapporte, passage d’évasion, oubliettes, chemin de  ronde, etc... et puis si je passe par la dalle à côté du château on peut  me voir !! Il faut que je réfléchisse à toutes ces éventualités.
Je crois que je serais obligé de passer par la ruine encore une fois. Je vais visiter tous les passages, comme ça je pourrais avoir plus de choix, bon aller direction la masure. De bon matin après  une semaine de repos, le vieux se décide à retourner à la ruine pas sens appréhension. J'ai pris une longue  ficelle  ça  pourra  me servir, parce      que dans ce labyrinthe on ne sait jamais. Après  maintes et maintes  péripéties, il se retrouve de nouveau  dans la salle circulaire. Je vais déjà regarder dans ces caisses. Elles sont  fermées par un cadenas étrange. Il se met à forcer  avec sa pioche, celui-ci cède sous les coups de pioche. Bon se dit-il  il faut  l'ouvrir avec précaution. Quesque c'est ? un bout de  chiffon, non c'est une poupée de chiffon, un mot  
BAPHOMET !! J'ai déjà  entendu ce nom quelque part. A oui c'est la statuette des templiers lors de leurs initiations. Donc apparemment  je  suis dans un temple.

        BAPHOMET  DE  RENNES LE CHÂTEAU


 Un  gros coffre pour si peu ! Ce coffre a peut-être un double fond  Je prends la poupée, je l'amènerais à Germaine. Elle va se moquer de moi, mais tant pis. Puis il se dirige vers l'autre coffre, je  vais le déplacer .Mince impossible de le bouger. Il se met à s'acharner sur  celui-ci. Il pousse le couvercle doucement, là  ce  qu'il  vit le figea  sur place. Des objets du culte en or massif, des pièces, des vêtements brodés de fil d'or, des pierres précieuses etc. Il se mit à crier, chanter, hurler de joie. Puis c'est l'angoisse qui s'installe et la peur. Ce n’est pas normal que ce trésor soit amené jusque là et qu’il ne soit pas protégé !!  Il referma tout de suite le coffre. J'ai entendu un bruit, un grognement. Il se jette dans le passage  des crucifiés pour se cacher. Maintenant il est tout tremblant de peur. Il se met à claquer des dents, à trembler comme une feuille, Puis il entendit une voix rauque mais assez douce !  Je sais que tu es là Eugène, N'ai pas peur, Nous t'avons désigné pour être  le nouveau  gardien de ce lieux  sacré. Nous cherchions  depuis un bon moment une personne simple, honnête, détestant les biens matériels de ce monde. Tu seras  responsable de cet endroit où tout devra rester pour très longtemps intact. Je suis le dernier gardien de ces lieux sacrés. Tu seras mon remplaçant pour toujours. Mais ce n’est pas possible, je ne suis le gardien de personne et puis je veux rentrer chez moi. Il commença à se débattre pour  partir au plus vite de cet endroit. Tu es prisonnier de cet endroit  que tu le veuille ou non. Là le vieux veut absolument courir, mais il ne peut plus bouger, dans sa tête tout est détraqué, il force, il force jusque au  bout de ses forces. Puis il se bat avec lui-même sur sa paillasse et se réveil  en sueur, haletant comme une bête, Il se leva et  prit la bouteille de rouge qu'il finit d'un trait.
Il fouilla dans sa poche, il en sorti une poupée ressemblant  au démon, le gardien de l'église de Rennes le Château. Maintenant il faut que je vois Germaine parce que ça ne vas pas du tout. Mais comment c'est possible, je suis sûr que je me suis levé ce matin, je ne suis pas fou quand même ? La poupée elle n'est pas venue toute seule  dans ma poche .Je pense qu'il doit y avoir des forces démoniaques ici. Je n'ose plus me rendre sur le site par peur de revoir cette entité. Aller je cours chez Germaine tout de suite. Je ne comprends  pas je suis toujours dans la salle circulaire !!! Ce n'est pas possible je suis en plein cauchemar, Je sens que je vais pleurer. Je vais bientôt me réveiller et retrouver ma masure. Je viens  bien de finir la bouteille de rouge ? Je ne la vois plus. Bon Eugène tu es dans la salle circulaire, dans le passage voie des crucifiés, je vais continuer après je verrais bien.  J'ai  avec moi ma pelote de fil, ma boussole, et mon courage quoique  très diminué. Pourquoi VOIE DES CRUCIFIES        ?  Les crucifiés à l'époque Romaine il y en avait des milliers qui étaient exhibés sur le bord  des routes pour bien montrer aux gens, ce qui était réservé aux opposants de tout l'empire Romain. Sur le Titulus Crucis   il devait y avoir le nom de la personne crucifiée et la raison pour laquelle elle a été crucifiée. C'était la plus haute sanction de l'époque. Le vieux commence sa marche sur cette voie. le passage s'élargit  et fait place à un paysage  irréel .Des croix alignées sur le bord d'une  route empierrée, d'une largeur assez conséquente environ 6 mètres et légèrement bombée. Les abords de la  voie est couverte de sang, les chaires sont  toutes à moitié pourries, une odeur de putréfaction   et de mort est tout le long de la voie. Les bêtes qu'ils soient chiens ou autres sont présent partout. Les oiseaux de proie sont aussi présents  dans ce lieu de désolation totale. Je me dis, ce peuple  fier soi-disant  raffiné et moderne n'avait d'égale  que sa cruauté. On se demande comment les maladies ne se sont pas propagées. Mais est-ce vraiment ce qui s’est  passé  à l'époque ? Parce qu'en fait  nous avons une preuve irréfutable de ces pratiques, ce sont les trois condamnés "  JÉSUS  ET DEUX AUTRES VOLEURS " La  Via Appia  Elle se voyait dotée de plus de 6000  esclaves lors de la rébellion de Spartacus et bien d'autres condamnés sur d'autres  voies. Le vieux en marchant regarda s'il ne voyait pas sur  les différents Titulus  Crucis  les noms des trois condamnés cité plus haut !! Mais rien. Il est vrai  que la crucifixion du Christ se situait elle à Jérusalem, donc très loin de la voie  Appienne. La voie que le vieux emprunte se resserre peu à  peu .Les bêtes ce font de plus en plus  rares et la voie se jette dans  un immense lac rouge du sang des Crucifiés. La voix du gardien de ce  lieu se fit entendre, Vois-tu Eugène, le désastre et l'horreur de cet endroit reste le reflet des massacres et autres guerres qui  se propageront tout au long des siècles à venir. C'est un  mal qui est propre à l’homme. Les batailles  dans ce monde  reflètent  la cruauté qui est innée au genre humain. La terre est une prison, nous verrons dans les siècles à venir, lorsque nous aurons  une plus grande maîtrise de la technologie, nous pourrons nous rendre dans d'autres mondes. Les penseurs et les philosophes avaient  raison à ce propos. La terre est vraiment une prison.  Mais avant de poursuivre la visite des  12 voies présentes dans cet hémicycle, Je t’autorise à aller rendre visite à ton amie  de toujours "GERMAINE" ensuite, plus tard tu pourras sortir de cet endroit à ta guise. Salut Eugène et à bientôt.  Maintenant le vieil homme prit en sens inverse la voie des crucifiés, il pleurait à la vue de tant d’horreur, de tuerie et de ces massacres. il se mit à trembler comme un enfant ayant perdu sa mère et les siens. Je ne retournerais plus jamais dans ce passage  des  crucifiés. Vite il faut que je rentre à la masure. Le vieil  homme se retrouve dans la salle circulaire, Il s’apprête à prendre la voie des repentis quand  le gardien de ces lieux lui dit: non pas par-là, il y a une autre voie pour sortir de ce lieu, bien plus pratique et qui te rapprochera de ta maison. Mais avant de partir il faut que tu remettes le  BAPHOMET  à sa place  dans  le  coffre où tu l'as  trouvé. Maintenant, prends la voie des sources chaudes et fait bien attention de ne pas te perdre en route. Me perdre ?  Qu’a t-il  voulu  dire ? Bon j'y  vais, j'ai ma pelote de fil on ne sait jamais. Le passage est immense très haut. Je passe entre des falaises à pic , il fait un froid de canard là-dedans . J'entends l'eau qui coule de partout, le sol  est couvert de galets, on dirait que je marche dans une rivière. Je sens que je commence à avoir très peur, et si le gardien m'avait trompé. Les falaises sont vertigineuses, nous allons voir que ceci est vrais et  pas sans risque.


            LES  FALAISES DES SOURCES CHAUDES


Au  bout  d'une heure le vieux  marche toujours entre les falaises. J’ai l’impression que quelqu'un  me surveille, des bruits insolites comme des pas qui marchent sur des graviers. Je m'arrête, je vais me mettre à crier. QUI  ME  SUIS, ces paroles sont renvoyé par l'écho. QUI ME SUIS qui me suis   qui me suis ... puis des rires de vieilles, ensuite des roches commencent à tomber de la alaise. Le vieux  se  met à courir comme un fou, ne regardant plus derrière lui. Le voilà qui tombe dans une espèce de bouillasse mince des sangsues se collent à mes jambes. Il se relève  dans un effort surhumain, du sang coule le long de ses jambes, la voie commence a monter sérieusement, elle   se rétrécie. Laissant apparaître deux passages. Le vieux sort sa boussole. Bon  les sources chaudes sont par rapport à la salle circulaire à droite, ma boussole m'indique que le nord est en face de moi donc les sources  chaudes  sont  maintenant  sur  ma gauche.  A droite    direction Rennes le Château, à gauche Rennes Les Bains. Je prends le boyau de gauche et puis je verrais bien. Soudain il entendit  NON,  non à droite !!  Il  cria, à gauche ou à droite ? GAUCHE, à gauche. Il faudrait savoir !!  Bon je vais à gauche Il s'engouffra  dans le passage en boitillant, de l'eau chaude  lui coula sur la tête et les épaules  avec des émanations de vapeur. Il se dit, mais quand est-ce que ça va s’arrêter, j'en ai plein le dos de ce passage, et puis tout à coup  devant lui un gouffre alimenté par une cascade  puissante avec un bruit assourdissant. Mince je suis coincé, je suis obligé de revenir en arrière, il se retourna pour faire demi-tour et il vit un nouveau passage. Je vais me perdre dans ce labyrinthe .Vite la ficelle je vais emprunter ce passage avec ma ficelle, parce qu'autrement je vais finir par me paumer .Le gardien m'avait prévenu " attention de ne pas te perdre " Je vais essayer de souffler un peu, après je verrais. Il faut que je fasse le point  et tout de suite. Au lieu de continuer dans ce boyau, je vais retourner en arrière, à l'embranchement je prendrais à droite, puis je pense que ça ira mieux après. Je suis maintenant  à l'embranchement, je m'engouffre dans le boyau  de droite.  J'attache ma ficelle à une  racine  et  je  commence à marcher. Le sol est plus plat, les rebords du passage sont en  terre et il commence à y avoir des broussailles sur les côtés. Je rêve j'ai entendu  un oiseau chanter. Je ne dois plus être très loin de la sortie, enfin  je crois. Le passage maintenant s'élargi je sens sur mon visage l'air frais du dehors. A je sais où je me trouve, juste à côté du rocher du roi. En face je vois au loin le menhir des pontils. Je ne retournerais plus dans ce labyrinthe. Je ne suis pas très loin de la maison de Germaine. Je vais lui rendre  visite  et tout de suite.  C’est bizarre  je ne vois pas de gens, ni de voiture. Le ciel  est  tout  gris,  Il y  a  un  vent pas  possible qui se lève. Beaucoup de maisons sont  démolies, les route sont défoncée, plus de vignes dans les champs. Mince ça  m’inquiète, il n’y a pas les bruits habituels des personnes qui s’affairent. En fait il n'y a plus personne ici !!. Comment est-ce possible, je ne suis pourtant pas parti  des années ?  Ce doit être l'entité qui me joue un tour, ce n'est pas  possible. Je vais bientôt arrivé chez Germaine, mais je ne vois âme qui vive

Maintenant j'ai la trouille et il faut que je mange .je n'ai pas avalé de nourriture depuis longtemps, et je me sens faible au point de tomber dans les pommes. J’aperçois la maison de mon amie.  Personne !  J’appelle  Germaine, germaine, pas de réponse. Je vais voir si je trouve Sylvain, pareil. Ils sont morts ou quoi ? Je rentre Chez Sylvain, pas un bruit, sur sa  table il y a un  pain  de campagne, au plafond  un saucisson. Bon je vais déjà casser la croûte. Un coup de rouge, maintenant ça vas  mieux. Tout ça, ce n'est pas normal. Le vieux se dirige vers sa masure. Mince ma maison a disparu, il ne reste plus rien, le terrain à la place est  plein de hautes herbes, comme s’il n'y avait rien eu. Bon tant pis, je retourne dans le labyrinthe .Il faut que je tire ça  au clair .Me voilà dans le boyau, je vois ma ficelle accrochée aux racines, Je marche d'un pas décidé, mon cœur se resserre, je suis très inquiet. J'espère que le gardien va me renseigner au plus vite. Je vais rejoindre la salle circulaire, et je prendrais  la voie des repentis, au moins là je suis sûr que je retrouverais le  vrai chemin de la liberté. Le vieil homme se retrouva dans la salle circulaire, il vit de nouveau la trace de la Sainte protectrice. Il s'engouffra  immédiatement dans  le passage, et bien sûr au bout d'un moment il vit la dalle qu'il poussa rapidement. Il se retrouva comme la première fois devant le château  d’Arques. Il remit la dalle en place et parti voir sa bien aimée Germaine. J'espère que cette fois elle sera là, et en bonne santé ? A je la vois, Germaine, germaine c'est Eugène. Oui Eugène tu m'as l'air apeuré et plein de soucis !. Je sais ce qui t'est arrivé, tu as été le jouet des forces démoniaques qui se sont liés contre toi. Alors dorénavant fait bien attention à toi. Germaine  J'ai trouvé  le dépôt des templiers et le BAPHOMET dans des coffres en bois. Je suis passé par la voie des sources chaudes, puis j'ai réussi à sortir du labyrinthe, mais lorsque j'ai voulu venir te  parler , il n'y avait plus rien de ce monde , tout avait été anéanti .Ta piaule avait disparu ainsi que ma masure etc. Je sais Eugène  les forces démoniaques sont très puissantes. C'est  pour toutes ces raisons qu'il faut absolument te protéger contre ces manifestations  qui sont présentes partout. Germaine je vais me reposer, Je vais réfléchir  à tout ce qui m'est arrivé et puis après je verrais  bien. A oui, tu crois que je peux prendre quelques pièces d'or ou non ? Non Eugène, ce n'est pas le moment de contrarier les entités qui sont en ces lieux. Tu auras  tout le temps plus tard  lorsque  tu seras  plus confiant. Pour l'instant  reste modeste et va  visiter les autres passages. Salut Eugène et porte toi bien. Le vieux descend le chemin qui mène à la route qui longe la Sals.

J'entends quelqu'un  qui m'appel, Eugène retourne tout de suite dans la salle circulaire, une personne t'attends avec impatience. Je vais passer par la falaise, le passage à côté de rocher du roi. Il s'engage dans le passage, tient  quelque chose a changé !  le sol est plat, les côtés ont été nettoyés, mais bientôt il commence à marcher entre les falaises, le sol est toujours plein de galets, pas un bruit sauf celui de la cascade qui s'enfonce dans le siphon au bout d'une bonne heure il arrive dans la salle circulaire où l'attend le gardien. Salut Eugène, j'espère que tu es remis  de tes émotions ? Il faut que tu ailles voir la voie suivante.  C'est  " LA VOIE DES  SONGES ". Je pense que  tu seras digne, tu dois  être à la hauteur, et que tu passeras le test avec succès !! Qu’ a-t-il  voulu dire ? Test,  succès, c'est les travaux d'Hercule ou quoi ? En quelque  sorte, Si tu réussis tu auras un  premier pouvoir. Maintenant  c'est à toi de jouer. Le vieux s'enfonce dans le passage avec méfiance. J'entends  une musique lugubre, les parois du passage sont lisses de couleur rouge sang.  je ne sais pas quoi faire. Pour le moment je marche dans le brouillard.  Sur la paroi   je  me vois lorsque j'étais petit garçon, je revois ma mère et toute ma famille, les bons et les mauvais moments de toute mon existence. Les rêves merveilleux et aussi les  affreux cauchemars qui m'ont longtemps affecté. Je m'aperçois que  je ne marche plus par terre, mais que je marche  sur  un  lac. Je me trouve au milieu de nul part. La méfiance se transforme en peur. Je ne contrôle plus rien. Une foule d'araignées me  fixent avec des dizaines d’yeux, leurs pattes velues, et leurs crochets puissant me menace. Soudain  elles se ruent sur moi, Je me débats   comme un lion, Je me met à courir éperdument mais je suis incapable de bouger. Au moment où elles s’apprêtent à me frapper je me réveil sur ma paillasse en transpiration .Mon cœur bat à cent à l'heure. Mais je me suis bien  rendu dans la salle du gardien ? Je ne suis pas fou ? Les manifestations recommencent. Je me lève et me dirige vers ma porte pour sortir. Là je me trouve  encore dans le passage. Ce n'est pas possible, je continue, C'est un paysage irréel, merveilleux, mais angoissant à la fois.  La musique est plus  douce. Les parois du passage  sont  de magnifiques  vallons verdoyant. Les animaux broutent  dans cet espace  de douceur et de paix. Mais bientôt une foule  de gens arrivent de derrière la dune en hurlant, Eugène tu vas mourir. Tu ne seras jamais notre  gardien, tu es trop vieux pour ça. Nous on ne te veut pas. Part  tout de suite et ne revient  jamais ici. Ils ont des bâtons et des armes anciennes, ils sont en lambeaux. Certains perdent  leurs membres qui tombent à terre 
et  sont  piétinés. Malgré la verdure une poussière formant un véritable  nuage avance dans la foule. Le vieux se cacha dans un trou et se dit, c'est un mirage ou un mauvais rêve voir un  cauchemar, mais je vais me réveiller j'espère. J'en ai assez,  je rentre au bercail. Ce gardien commence à me prendre la tête, il m’envoie à droite et à gauche pourquoi ? Ça ne sert à rien et ça me fatigue. Je suis assez grand  pour visité le site tout seul non ? Je retourne dans la salle circulaire et après je ferais ce que je veux moi. Je suis   sûr qu'il n'existe même pas ce gardien !  si ça se trouve  ce n'est qu'une image. C'est mon cerveau qui déraille  ou alors ce doit être la peur tout simplement !!  Les araignées n'attaquent pas l'homme. Toutes ces choses qui me sont arrivé sont irréelles,  ce doit être mon subconscient qui doit me renvoyer ces images. Le coffre rempli de trésors, je vais me servir et on verra  bien. Au  fait le gardien a disparu, bon allons y. Le vieux  doucement ouvre le coffre au trésor, stupéfaction le coffre est vide, il n'y  a qu'un squelette et une poupée à l’intérieur. Un mot !  tu  auras le contenu lorsque tu auras fini ta visite.  Ce gardien me prend  pour son esclave ou quoi ? Il m'a pris mon trésor !! Il m'envoie dans des endroits pas possible, au risque de me faire tuer, et puis quoi encore. Combien j'en ai fait des passages ? trois je crois !. Bon je vais prendre la voie des repentis, après je ferais une petite visite à la peyre-dreto avec ma pioche. Aussitôt dit aussitôt fait. Mais que fait-elle là la poupée ! C'est ce maudit gardien qui l'a jeté  à l'entrée de la voie des repentis. Le BAPHOMET   va se fâché. Il se met à parler " tu ne passeras pas par cette voie, tu dois te rendre à la  " VOIE DU PASSÉ LOINTAIN "  Quoi ?  je vais te transformer en pelote de laine poupée de malheur, et pour commencer tu vas retourner dans ton coffre et y rester. Mais elle m'a  mordue la main  cette Sa..... Maintenant elle s’est  transformée en un monstre agressif, les cheveux hérissés, les yeux exorbités, sa bouche est garnie de dents acérées avec des canines énormes. Je la jette par terre et m'enfuis dans le passage des repentis. Je pousse la dalle  et je sors la main en sang. Je vais voir  Germaine tout de suite. Mais qu'as-tu  fait ? Tu t’es battu ou quoi ? Non c'est le Baphomet qui m'a agressé. 


                                                    NINOUROB