Err

UNE REGION MYSTERIEUSE

LA BIBLE DU VIEILLARD partie 3

      
  
                                 Licence Creative Commons
                  La Bible de vieillard de ninourob est mis à disposition selon les termes de la
          
licence Creative Commons Attribution -  Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
                                                Fondé(e) sur une œuvre à ninourob.
                 Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à ninourob.fr.

                    LA BIBLE DU VIEILLARD





                                                                TROISIÈME PARTIE

  Eugène que fais-tu, tu restes avec nous ou non ? Non je veux voir Jésus
et voir aussi le déroulement
 exact de cette affaire. Voilà le vieux qui se
dirige avec la marche  du  sens de la foule qui grossit de
 plus en plus  
Il entendit des gens qui disaient : Il  a  été amené  à Caïphe, maintenant
il doit se trouver vers la sixième heure devant Pilate qui ordonna de sortir
vers le lieu dit le Dallage, en Hébreu «  Gabbatha "  Pilate cria   très fort.


                                    VOICI VOTRE ROI  " LE ROI DES JUIFS
 

  Cet  homme   doit   faire  1,74 ou 1.76  de  haut,  très  barbu,  les   cheveux fins mais épais et longs recouvrant ses épaules .Les yeux sont perçants  et légèrement  rapproché l'un vers l'autre.  il est sûr  de  lui d'un tempérament nerveux, il parle avec assurance. Il dispose d'une aura extraordinaire et un certain pouvoir de persuasion. En parlant à Pilate Tu dis  que tu as  le pouvoir  de  me  relâcher  ou   de  me  condamner ? le seul pouvoir que tu as sur  moi, c'est celui qui t'as été donné d'en haut. De là  Pilate le livre au juifs, qui l'emmenèrent pour le crucifier. A un moment donné j'ai vu un homme qui porte la croix à la place de Jésus. Celui-ci s’effondre plusieurs fois le long du parcours. Ils le fouettent comme des fous, Je vois qu'il porte des épines  sur son crâne ensanglanté .Ils arrivent dans le lieu-dit  le mont du crâne ou GOLGOTHA  à côté il se trouve un jardin  et dans celui-ci un tombeau. Maintenant ils se mettent à plusieurs pour relever la croix, après avoir cloué les mains et les pieds de Jésus sur la croix. Il y eu un grand silence. Nous entendîmes les pleurs des femmes et de toute la famille de Jésus. Magdala est là  en larmes. Le vieux se dit, Il n'est pas mort, il a perdu beaucoup de sang, mais il n'est pas mort. Maintenant il demande à boire, On s’empresse de lui donner avec une éponge un liquide rougeâtre. Quand  il  prit  le breuvage, il dit tout est achevé, et il  penchât  la tête sur sa poitrine.  Aussitôt  un soldat lui  perça le flanc, mais nul ne lui brisa les os. Un peu après plusieurs personnes  s'affaire à descendre le corps. Je regarde mieux, mais il n'est pas mort. Sa poitrine bouge un peu. Un jeune homme  donne du parfum pour laver le corps de l'homme mort, ensuite ils le lièrent de linges; usage courant à cette époque dans la Judée. il y a un jardin dans le lieu où  il a été crucifié. Puis il est emmené dans un  tombeau tout neuf creusé  dans le roc. Finalement  je n'ai pas vu grand-chose, mais à mon avis Jésus n'est  pas mort lorsque ils l’ont descendu de la croix. Je l'ai vu très affaibli mais c'est tout. Donc pour moi la résurrection  est très incertaine. Je vais rester un peu  pour voir la suite. Moi le Vieillard  je certifie que tel que j'ai vu la scène, Jésus n'est pas mort  lors de sa passion. Maintenant  une foule courrait  après Eugène, qu'avait-il fait. C’est  la faute à l'étranger si notre Seigneur a été crucifié. Mais ils sont fous !  Ils ramassent des pierres, Ils vont me lapider. Il veut partir de cet endroit, mais il ne lui est pas possible de bouger le moindre membre de son corps. Germaine, germaine, Ils vont me tuer. vient à mon secours. Haletant comme un buffle se débattant
avec lui-même et en sueur, il se retrouve dans la salle circulaire devant LA VOIE DES CONDAMNÉS Puis il se mit à pleurer, ce doit-être mes nerfs qui ont lâché. Je  n'ai pas parlé des horreurs qui se sont  propagé tout au long de la voie biblique. Des cris que j'ai entendu  notamment de Jésus lorsqu'ils l'ont cloué sur la croix, Des pleurs de la famille, de ceux des femmes qui ont vécu ces instants douloureux et qui seront gravé dans mon cœur et dans mon esprit. Pendant  la crucifixion  je n'ai  pas vu l'ombre d'un disciple, ni aucun ami qui aurait  pu soulager ses souffrances. Par contre j'ai bien vu près de la croix les Saintes qui sont restées auprès du Seigneur. J'ai entendu les vociférations de  la foule qui poussait le procurateur de la Judée soit Pilate à ce que Jésus soit crucifié par ses soins. La foule est un monstre qu'il faut exterminer à tous prix. La crucifixion se passait  dans une propriété privée et dans celle-ci il y avait un jardin et dans ce jardin il y avait un tombeau creusé dans le roc. les gens qui regardaient la scène se trouvaient assez loin de l'action. Donc les témoignages s'il y en a eu, sont  donc sujet à caution, de plus il faisait de plus en plus sombre en cette fin d'après-midi. Qui a pu voir dans la pénombre comment c'est passé la descente de la croix ? comment ont-ils fait pour laver le corps du supplicié,  puis la mise au tombeau ?  Moi Eugène  je puis affirmer que je n'ai pas pu voir ce qui s’est passé en totalité , donc je me tairais et je n'irais pas plus loin . Quand à Marie de Magdala je ne l'ai pas vu rousse, mais châtain très clair, les yeux  vifs et intelligents .J' ai vu  une femme tout ce qu'il y a de plus normal. Toutefois des tendances nerveuses sont apparues lors de la mise au tombeau du  Seigneur. Je vais dire au gardien que j'en ai  plein le dos de toutes ces épreuves. Je n'ai même pas été capable de trouver une Bible du premier siècle après J-C. Eugène  Il n'existait pas de Bible à cette époque, Les écrits les plus anciens étaient des Codex ou Papyrus traduit en copte ou directement en Araméen. Beaucoup de ces codex étaient souvent  écrits en grecque ancien et transcrits en copte comme ceux de Nag Hammadi retrouvés dans une grotte en haute Égypte. L'évangile  le plus ancien date du deuxième siècle et a été  certainement écrit par Saint Marc, les autres plus tard  et celui de Saint Jean plus tard encore. Le gardien que je suis t'autorise a aller te reposer quelques temps dans ta masure, ensuite nous verrons ce que nous aurons décidé pour toi . A  bientôt et repose toi bien. Bonjour à Germaine. 

 
      Mais est-ce bien Jésus que l'on voit sur cette croix ?

 Le gardien  m'a en quelque sorte révoqué, et bien tant mieux, de toute  façon j'en avais vraiment plein  le dos de ces histoires  complètement    dingues . La dernière fois je n'ai pas trouvé le moindre papyrus ou codex  quant à  mon coffre, il a disparu corps et âmes D'ailleurs je n'ai même pas regardé le reste tellement j'étais stressé et énervé. Et la poupée  elle a disparu du circuit. Maintenant après ma sieste j'ai bien envie de retourner  dans ma ruine, là  au moins personne ne me donnait des ordres : tu dois faire ceci, tu dois faire cela, et puis moi je suis un homme réaliste je ne me nourri pas de rêves et de si on. Alors direction  la bergerie le reste on verra plus tard.  Je t'en foutrais moi des Damnés   " LA VOIE DES DAMNÉS "    Ce doit être  encore des tueries, et autres      massacres. Ou alors une rencontre avec la cour de Lucifer et toute sa  cohorte de démons débiles. C'est peut-être aussi les damnés qui par leurs crimes affreux purgent leur pénitence  par différentes actions que leur infligent les démons. voyez plutôt comment les gens voyaient au moyen-âge  ces pénitences ou  punitions divines ou malignes.

     J'ai vu des roes en enfer très hautes et horribles

Je vais prendre la voie des  Damnés avant de retourner à la ruine, De toute façon il faudra bien que je poursuive mon chemin, celui de la recherche de la vérité. J'entends  déjà  les cris des suppliciés. Mais je me méfie des sons, des images, ou toutes autres manifestations provenant de mon imagination très fertile surtout en ce moment. C'est bizarre  mais je  crois entendre de la grande musique avec des cœurs associés .Au  début de  l'entrée , dans la voie , le sol est en pente , il descend  fortement  dans  la  pénombre , l'air est moite et humide ,chaque pas est reproduit   en écho  même  mes pensées le sont aussi. J'ai l’impression d'être épié, c'est  une sorte de mal à l'aise constante qui vous tient aux tripes. Je sens en moi  la peur qui monte, et m'oblige  comme un coupable à  me retourner  pour voir si il n'y a personne qui me suis.  La voie s’élargit, on entre dans une espèce de crypte comme celle des ecclésiastiques. A mon arrivé, les entités qui sont là en prières, se sont tu .Puis la voix dont je me souviens  se rapprochant plus à la gente féminine que  l'inverse, enrouée et très grave se fit entendre. Bien venu dans la cour infernale  Eugène. Les chants, la musique, les cœurs se firent bien plus forts allant jusqu'à couvrir cette voix étrange qui vient peut-être du tréfonds des âges et qui me terrorise.  Dans le haut de la rampe , une  file innombrable d'âmes perdu  monte  difficilement tourmenté par des supplices incessants Dans le fond, un gouffre béant , immense rempli d'une lave  rougeâtre  et incandescente  jaillit des entrailles de la terre et menace tous ceux  présents  dans cette fosse  horrible.




     Dans le haut de la rampe, j’ai vu les âmes qui vont souffrir et mourir.
          

 C'est  de plus en plus étrange, pourtant un vieux encore plus âgé  que moi  m'avait prévenu. Si tu commences à fréquenter les démons, tu deviendras toi-même un démon, La voie des damnés  est une des plus grave en terme  de souffrir physiquement et  psychologiquement. Les démons qui tourmentent  les suppliciés  sont eux-mêmes des damnés, ils sont
condamnés à exécuter des ordres dicté par des démons encore plus puissants qu'eux-mêmes. C'est un cercle vicieux qui entraîne ceux qui y sont confronté à une punition éternelle et continuelle. Regarde ce vieux qui lit dans sa masure au milieu de démons, ils sont  asservis au prince des ténèbres  Satan lui-même. Lui c'est l’ermite, le chercheur chevronné.  


     Ce vieux qui lit dans sa masure est bien  entouré de démons .

Maintenant ça fait longtemps que je marche dans la voie des condamnés.  Tout-à-coup j'aperçois Germaine qui monte sur la rampe, Elle regarde dans ma direction mais ne peut rien faire. Je me mets à hurler, à faite des gestes mais rien n'y fait. Les hurlements qui sortent de ma bouche ne sont pas audibles, en fait il ne sort rien de ma bouche, je ne fais que m'étrangler. Des larmes commencent à couler sur mon visage flétrit, Je la vois tête baissée, s’éloigner de la rampe et suivre les autres pénitents   et disparaître dans le fond de la crypte. Il faut absolument que je sorte de cet enfer au plus vite. Et aller voir de moi-même si vraiment  mon amie Germaine est bien morte. Je ne sais pas où est la sortie. Je vais  courir le plus vite possible droit devant. Le passage soudain se rétrécie  et je me retrouve de nouveau dans  la voie des crucifiés. Si je comprends bien toutes les voies se rejoignent, elles atterrissent   toutes dans la salle circulaire. Vite la voie des repentis, Je vais voir si Germaine est toujours en vie. Je  pousse la dalle à côté du château d’Arques. Là  je me retrouve sur le  chemin qui  mène chez Germaine. Je suis soucieux, il ne faut pas que je parle de ce que j'ai vu dans la voie des damnés. Je ne vois personne, Je me mets à l'appeler à haute voix, mais rien. Je vais voir Sylvain. Eugène  tu n'es pas au courant ? Non sylvain  elle nous a quitté il y a deux jours. Crise cardiaque. Mince alors, c'était la femme la plus gentille de la région, toujours prête à rendre service. Tu sais Eugène elle t'aimait beaucoup, je sais Sylvain, je sais. Je rentre à la maison. Attends  Eugène elle m'a laissé  un mot pour toi, je te l'amène tout de suite. Voilà, et bon courage vieux. Le voilà qui rentre chez lui dans sa masure, que  vais-je faire maintenant qu'elle n'est plus là  à me diriger dans mes recherches.  Le vieux a pris  dix ans d'un coup. Maintenant il sanglote, il réalise combien elle lui était  indispensable, peut-être l'aimait il sans le savoir !!  Qui sait ?  Puis tout à coup il se dit après tout  la vie continue. C'est sûr  elle va me manquer, mais je la garderais dans  mon cœur tout le temps qui me reste à vivre. Demain matin j'irais à la ruine, puis je réfléchirais à tout ce qui s’est passé ces derniers  mois. Le matin  de bonne heure, il se retrouva  seul devant sa ruine. Les événements m'ont quelques peut tourmenter, malgré tout  je tiendrais le coup jusqu'au bout ne serait-ce que pour  Germaine et pour moi aussi. Le vieux regarda autour de lui, rien de nouveau, quoique  le sol a été labouré et par endroit il est tout retourné, C'est peut-être le gardien ou un sanglier mais je me méfie, Les chercheurs sont nombreux dans les environs et autour de Montferrand. Je vais voir à l’intérieur de la ruine, rien de spécial, sauf  peut-être que les corps qui se trouvaient dans le sous-sol  ont disparu. Je regarde partout si je ne vois pas d'autres surprises mais apparemment  rien, les couloirs sont toujours à leur place  Je ne vais pas plus loin. Je remonte en arrangeant  un peu partout le site pour qu'il ne reste plus aucune trace suspecte. Bon dans l'ensemble rien de spécial sauf ces deux corps qui ont disparu. Pas de trace de leurs vêtements non plus. Maintenant il est loin de la ruine. Je vais rejoindre la voie des repentis, là  je verrais dans la salle circulaire si je retrouve ce gardien de malheur.  Où  as-t- il  déménagé le trésor et le Baphomet ? Je me rapproche du rocher du roi , je regarde si je ne vois pas la dalle qui marque l'entrée de la voie des repentis , ha  la voilà , je  l’aperçois , cette dalle a une particularité , elle est gravée sur une de ses faces , et  quand je la regarde elle me fais penser à une autre pierre gravée trouvé dans la petite église de Rennes le château.  la dalle des chevaliers. Mais bon  je ne m'étendrais pas sur le sujet, de bonnes âmes y pourvoiront largement. Je ne parviens pas à soulever la dalle du roi. Que se passe-t-il ? ce doit-être un coup du gardien, ou bien j'y pense. Ils devaient se réunir pour se décider de mon sort. Donc j'irais de toute façon par un autre chemin qu'ils le veuillent ou non.  Je ne suis peut-être pas très intelligent mais je suis très  têtu. Je rentre à la maison, après on verra bien.

 Il me semble que j'ai entendu la voix du gardien! Eugène le passage de la voie des repentis est à nouveau  accessible, rendez-vous dans la salle circulaire. Effectivement  la dalle qui fermait  l'accès à cette voie est  à nouveau active. Je la soulève et je m'engouffre dans le boyau. Peu de temps après me voilà dans la salle circulaire. La poupée de chiffons est là au centre de la salle. Eugène  les entités ont décidé de te reprendre avec eux. Tu vas être obligé de faire le recensement de ce qui se trouve dans cette salle. Non mais des  ordres et encore des ordres ?  En fait, il n'y a pas grand-chose, à part le coffre le Baphomet et quelques caisses que je n’ai pas remarqué. Il me faut un papier pour noter. Non pas besoin de papier, le fait de voir ces choses et leur contenu te permettras de tout mémoriser pour toujours. Je vais commencer par cette caisse près de la malle au trésor. Il s’apprête à soulever le couvercle lorsqu'une voix se fit entendre : Eugène avant d'ouvrir cette caisse  apprend  à prendre tes précautions parce qu'ici  le danger est partout, tu n'es pas à l’abri d'une énorme surprise. Tout à coup le vieux se mit à crier très fort : Baphomet  ouvre moi cette caisse sans tarder. Puis il se mit à l’abri le plus rapidement possible. Pas de réaction, Le Baphomet  est maintenant couché à terre  inerte.  J'ai dû le terrasser sans m’en rendre compte, ou alors  c'est encore une de ses ruses. Je prends le bâton pour le titiller  un peu, non il ne bouge vraiment plus. Je vais  le remettre dans sa caisse, puis  je vais vers la caisse au trésor. Avec le bâton je soulève doucement  le couvercle je regarde dans le fond de la caisse, le trésor a encore disparu  mais bientôt  un épais brouillard   rempli  la salle  circulaire  et enveloppe tout. Maintenant je suis complètement gelé  jusqu'aux os. Un vent  balaie la contrée  toute entière. Je me retrouve à Rennes le château, dans le clocher  de  la  petite église de  ce  village.  Mais je me demande pourquoi ? Je regarde par une des fenêtres du clocher. Mince la tour Magdala a disparu. à la place il y a les anciennes murailles du chemin de ronde de l'époque médiévale, puis l'église Saint Pierre à moitié démolie. Les entités me font comprendre  que les gens qui sont là sont bien vivant, et mort à la fois. Comment est-ce possible. En fait dans tous les êtres, lorsqu'ils  naissent  ont leur double que l'on appelle " ÂME "   C'est cette âme qui est inengendré et  donc immortelle. C'est un peu complexe  mais en lisant si vous en avez l'occasion les anciens livres Coptes ou certains codex qui relate la vie des gnostiques à une certaine époque, surtout à celle d'Asclépius et d'Hermès trismégiste  lorsque  ils  discutent  des questions  de la vie et de la façon dont on doit vivre  par exemple : exécuter des prières, avoir une vie saine et contemplative. Vous vous  apercevrez  que les grandes idées provenant des anciens Maîtres  de gloire du monde avaient raison  en disant de suivre à la lettre les injonctions de la vie.  Les citoyens ne doivent pas  se préoccuper  du lendemain, de ce que vous  vous  vêtirez, ainsi que toutes ces petites choses de la vie qui  n'ont pas beaucoup d'importance pour les Maîtres. Mais pourquoi  suis-je dans le clocher, je regarde un peu partout mais je ne remarque rien de spécial à part peut-être que les fenêtres ont été légèrement  déplacées et une pierre qui dépasse de l'ensemble de la masse du bâtiment. Je vais voir ça de plus près. Il s'approche  de la pierre et commence à la remuer de droite à gauche.  Des déblais tombent au sol, et soudain  le bloc se libère  et Eugène prit la pierre dans sa main et la posa  sur le rebord de la fenêtre. Il se dit  qui y a-t-il  la dedans ? Il  se mit à fouiller à l’intérieur de la cavité, il en sortit  un  tuyau fermé à l'une de ses extrémités. A l’intérieur il y a  un rouleau, dessus une carte grossière est dessinée  avec des croix formant un triangle. Le vieux se dit c'est une carte au trésor ou quoi ?  Je vais descendre   nettoyer un peu. Après je verrais. Mais il y en a combien de trésor dans ce patelin ? Ce n’est pas possible, je vais en parler au gardien, il doit être au courant. Tout à coup  il entendit ! Ce n'est pas un nouveau  trésor  Eugène, c'est   une recherche qui  n'a  pas  abouti et  qui par moment resurgit et  excite  les chercheurs de tous poils.   Quelle est la part de  vérité entre une légende et un fait  réel ?   comme  par  exemple  la  légende  du  Saint Graal  et celle  du Roi  Arthur  et sa table ronde ? Ce sont  des  légendes  et  elles  ne disparaissent pas comme ça d'un  claquement de doigts. Bon alors, où est passé ce gardien de malheur ? Il n'est jamais là  lorsqu'on  a besoin de lui. Je ne sais plus où j'en suis moi !!  Je voudrais bien revoir mon trésor. Il faut que je continue à visiter les voies. Je crois que j'en ai visité quatre ou cinq ! De toute façon le gardien lui sait ou j'en suis, il ne manquera pas de me le faire savoir. Dans la salle circulaire tout est  calme, je suis seul avec le Baphomet que j'ai remis dans sa caisse .Soudain je m'aperçois qu'une des voie est  en  feu, il commence à faire très chaud  ici. Je m'approche pour voir ce qui se passe. Je vois  Marqué sur  la façade de la voie !    Voie des brûlés. Je ne vais certainement pas visiter cette voie. Je n'ai  pas envie de rôtir comme un vulgaire  poulet. C'est bizarre  J'ai chaud mais je ne brûle pas. Je m'approche doucement,  mais il y a des cadavres brûlés par terre ! Je ne comprends  pas ?!  J’avance mon bras dans la voie, horreur je le vois qui brûle, vite en arrière ou c'est moi qui vais rôtir tout entier. Je fais un pas en arrière  mais rien ne se passe, je me retrouve en plein  au milieu de cette voie des brûlés.  Question douleur, je ne ressens rien. Mince mon bras va tomber dans la cendre qui se trouve au sol. Gardien je vais brûler tout entier, aide moi s'il te plaît. Une voix lui répond, est-ce une image ou c'est toi Eugène qui est en train de brûler pour de bon ? Ce que tu vois ce n'est  peut-être qu'un feu de paille, ou c'est le feu des enfers ? Tu devrais demander au maître de ce lieu, lui seul pourras t’aider. Baphomet par pitié sors de ta caisse et viens éteindre ce feu qui me ronge. Immédiatement  le feu se fit moins brutal, puis fini par s'éteindre de lui-même. Baphomet c'est donc toi le maître de ces lieux infernaux ?  Je contrôle les dégâts fait par ce feu. Pour moi ça va plus ou moins, mais autour de moi il n'y a rien qui a résisté à la chaleur des flammes, par contre les  arbres, les buissons et tout autour de moi, il ne reste que des cendres, tout est mort, calciné et une odeur de cramé infecte toute la contrée. Le Baphomet est maintenant debout à côté de moi souriant et sûr de lui. Il se met à parler, tu vois Eugène cette épreuve peut te faire comprendre que même dans les moments les plus difficiles, il y a toujours quelque part un espoir et certainement une nouvelle vie pour quelques initiés. Tu vois Baphomet maintenant que Germaine est partie, je n'ai plus le cœur à grand-chose, mais je pense encore maintenant qu'avec le secours de Dieu  j’aurais la force de continuer mon périple. Bravo  Eugène, rentre chez toi te reposer un peu après tu auras quelques surprises que tu n'es pas près d’oublier. Avant  de prendre la voie des repentis pour rejoindre la sortie, il regarda  vers le haut de la grotte, là  il aperçoit  le visage de Germaine  lui souriant tendrement. Son visage  s'éclaira et il tomba à genou  face contre terre,    MERCI, MON DIEU  merci. Il prit  la voie des repentis puis il se retrouva  à côté  du rocher du Roi.  Au loin  il  devine  les contours du logis  de sa chère disparue. J'irai bien  voir la demeure de Germaine mais j'ai peur de le regretter et puis à quoi bon !  Soudain j’aperçois quelqu'un qui me fait des signes. Je regarde un peu mieux, tout en regardant inquiet.  Je me rapproche de la maison de Germaine et puis je me mets à courir comme un fou !!  Ce n’est  pas possible, Elle a ressuscité  ou quoi ? Sylvain m'a dit que tu étais  décédée d'une crise  cardiaque, Je t’ai même vue monter sur la rampe de la voie des damnés .Germaine je suis malade, très malade, je n'arrive plus a  discerner  le vrai  du  faux.  Je crois  que  c'est  moi  qui vais  disparaître, bois un coup de rouge Eugène et reste calme .C'est vrai que je me suis retrouvée à l’hôpital, mais j'en suis sortie. Sylvain  a un peu exagéré. Bon maintenant ça va mieux, quant à tes visions je te l'ai déjà dit, si tu te rapproche un peu trop des démons et autres esprits malins. Ils vont finir par te rendre complètement  fou. Germaine je sens que j'ai rajeuni de vingt ans. Au fait et la soutane où  ça en est ?  Tu sais que les deux corps trouvé dans la ruine ont disparu. Autrement tout va pour le mieux, à part mes histoires à dormir debout, bon je vais chez moi, tu as besoin de quelque chose ? Non Eugène ça va, aller à bientôt et porte toi bien. Le vieillard  réfléchit, pourtant je l'ai bien vu sur la rampe, comment est-ce possible ? Je vais vite voir Sylvain pour en avoir le cœur net. Sylvain tu m'as bien dit que Germaine a eu une crise cardiaque ou je rêve ?  Moi je ne t’ai  jamais dit ça, enfin je ne me rappelle plus très bien, en fait c'est  monsieur le curé qui me l'a dit. Ils ont fait transporter le corps de Germaine à l’hôpital, après je ne sais pas ce qui s’est passé !!  Je vais demander à monsieur le curé pour être sûr.  Bonjour Eugène, bonjour Mr le curé, je viens vous voir pour éclaircir un mystère. Germaine a eu une crise cardiaque parait-il ?  Oui Eugène  mais elle s'en est sortie de justesse dû à sa  robuste constitution, Maintenant elle est hors de danger. Bon je peux  partir vers mon logis. C'est bizarre  je n'ai plus de nouvelle  du gardien et du Baphomet !  Mais je crois que ça ne durera  pas. Je vais voir à l'entrée de la salle circulaire



      Regardez sur la façade de l'entrée vous verrez le visage du gardien      


Je crois que le gardien  et le Baphomet sont une seule et même personne, Je vais  les confronter tous les deux. Un trésor aussi important que j'ai vu de mes propres yeux ne se déplace pas comme ça !  Je n'ai pas réussi à soulever cette  caisse contenant celui-ci. Il est vrai qu'au début j'étais quelque peu secoué par tous ces événements. Tous les acteurs de  ce cette affaire  ont disparu, et le trésor avec eux. Je suis devant l'entrée de la salle circulaire, je vais tout de suite soulever une dernière fois la caisse au trésor, ensuite je verrais bien. Maintenant le suis tout près de la caisse, je soulève encore une fois le couvercle, là ma surprise a été grande. Dans la caisse  un mot. Tu as  encore des passages a effectuer, Le Baphomet t'attend  devant   LA VOIE DE LA CROYANCE. Eugène engage toi dans cette voie ensuite tu seras un autre homme. Le vieux se précipite dans ce que l'on pourrait appeler la voie de la brume. Puis soudain  un panneau accroché au ciel peut-être, avec ces  mots :

 

 PARCE QUE TU   M’AS VU, TU AS CRU. HEUREUX CEUX QUI      N'ON PAS VU, ET QUI ONT CRU, CAR ILS  SERONT  SAUVÉ.

 

 Moi je ne crois, que ce je vois, un point c'est tout.  Je ne suis pas encore assez naïf au point de me faire avoir par des sornettes ou des escroqueries. C'est comme ce royaume du père de Jésus, qui apporterait et exaucerait tous les vœux. Pourquoi  Jésus ne s’est pas réfugié  dans le royaume de son père quand les Romains s’apprêtaient à le crucifier. Lui qui se disait  aussi pur  que l'eau  de  sources. Jésus était avant tout un véritable conteur. Il a fait des miracles, mais pas tous n’ont réussi. Il continua à marcher dans la voie de la croyance en pensant, Et les disciples de Jésus, c'était  des pêcheurs de poissons, la plupart ne savaient ni lire ni écrire. Il n'y a qu’à  lire dans la bible et surtout  dans les écrits de la bibliothèque apocryphes de Nag Hammadi  retrouvée dans le désert  de Qumran en haute Égypte, les questions que les disciples de Jésus posaient : Comment devons-nous prier ? Nous pouvons t’obéir, si tu le veux, car nous avons tout abandonné  nos pères, nos fils, notre famille et nos villages que nous aimions plus que tout au monde pour te suivre. Nous avons cru en toi et tes paroles soi-disant venu du père. Ne vous inquiétez pas du lendemain  mon père y pourvoira largement.  Ces pêcheurs étaient vraiment naïfs  à un point incroyable. Pour croire à ces sornettes les disciples ne devaient pas être  très futés. Moi le vieux j'ai lu la Bible, Elle ne m'a rien apporté, pas même un réconfort.  Par contre la Bible du vieillard  apporte à celui qui sait lire entre les lignes, une certaine connaissance de la vie contemplative qui n'émanait pas de Jésus  mais du maître  H. Boudet avec sa V.L.C.  Il marcha longtemps dans cette voie de la croyance, soudain  un calice lui apparut. qu'est-ce que c'est  que ce truc, encore un coup du Baphomet ou du gardien. Une Coupe Mais pourquoi saigne telle ? Alors ça ce n'est pas banale. Chaque fois que je pense à quelque chose, cette chose se matérialise et tombe dans la voie de la croyance. Si je pense à manger, une table tombe sur la voie et est couverte d'aliments fabuleux. Si je comprends bien cette coupe réalise tous les vœux de celui qui la détient.  Comme le Saint Graal .Mais en fait ici qui la détient cette coupe miraculeuse. Est-ce  vraiment la vérité. Ce n'est peut-être qu'une succession  d’images, parce qu'avec les deux magiciens soit  Baphomet et le gardien on ne sait jamais si c'est du lard ou du cochon. Je laisse derrière moi la coupe accrochée peut-être au plafond  de la voie de la croyance. Je continue dans cette voie , le sol commence à trembler  des monceaux  de terre dégringole  à mon passage  j’accélère  le pas , j'ai un mauvais pressentiment , les rebords de la voie de la croyance se rétrécissent, le vent sous forme de tempête  s'engouffre par rafales successives et  est d'une violence s’apparentent à celle d'une tornade . Je m’agrippe à quelques racines et herbes environnantes de toutes mes forces. j'entends des voix  qui chuchotent  à l’unisson. Au passage j'en capte quelques-uns. engendré, mort, immortel, univers etc.. Avec un vent de face, je ne peux plus avancer. je vais m’asseoir sur le côté  en attendant que la tempête se calme un peu.  Eugène nous allons te révéler  qui est celui qu'on  appel  DIEU.   Nous  l'avons continuellement  sous les yeux. On nous dit qu'il  est innommable, qu'il n'a  ni de commencement ni de fin. qu'il n'est  pas engendré, etc.. alors  son Nom  est " UNIVERS  "  C'est le  seul  élément qui a ces attributs. Nous reviendrons bientôt sur ce problème. Quant à  la   "  NATURE  " C'est  elle qui crée , grossi  ou supprime tout ce que contient l’univers .Les  étoiles,  les planètes,  et  toutes les manifestations qui forment  LE  COSMOS. Celui que vous appelez  DIEU  n'a  rien à voir avec nos guerres, nos actes  répréhensibles ou non, avec nos pensées, nos amours, nos passion etc..  ne sont pas du domaine de DIEU 
Pourquoi ces mots qui reviennent souvent lors de mes réflexions sur la vie la mort  les forces démoniaques, les Dieux, les Déesses  etc...   ? Je me trouve toujours dans la voie de la croyance, assis sur le bord du chemin, attendant que le cyclone se calme. En fait je crois en quoi moi ?  Je ne sais plus,  les expériences dont je fais l’objet, sont là pour me rappeler que dans la vie   tout est dirigé par la conscience. C'est elle qui façonne les êtres qu'ils soient humains ou non.  Ils doivent savoir ce qu’ils font, que ce soit bien ou mal. D'avoir un raisonnement sain et juste. Si l'homme n'a pas de conscience c'est qu'il est mort ou en état de mort cérébrale .Dans ce  cas la personne est quelques fois susceptible de sortir littéralement hors de son propre corps. On dit alors, qu'il est en suspension au-dessus de celui-ci et qu'il est à la recherche d'une voie. Mais quelle voie ?  Des secousses me sortent de mes rêveries, et réveillent ma conscience.  Que se passe-t-il  maintenant ? Eugène tu as mis les Dieux en colère !  Non je n'ai fait que rappeler au monde que les Dieux sont à partir de maintenant  obligé de nous servir puisque c'est les humains qui les ont  créé.Allez viens vite autrement nous allons tous les deux périr lapidé, et je n'y tiens pas vraiment. Alors Eugène qui te dirige, quelle puissance te soutient pour avoir le don de changer d'époque à volonté ? Simon c'est une très longue histoire. J'ai bien peur que pour le moment je ne puisse pas te  révéler  grand-chose de ma  vie, et d'où  je viens. Je pense que tu ne pourrais pas comprendre. Jésus lui aurait pu t'expliquer beaucoup mieux que moi. Pour moi tous ces événements que je subis sont  en dehors  de ma volonté.  Toi Simon tu es le seul à avoir aidé Jésus dans les moments les plus difficiles de sa courte vie de Messie. Moi je ne l'ai pas connu Jésus, En fait je ne savais même pas que celui qu'on fouettait étais le Christ. Ce sont les Romains qui m'ont  forcé à lui  donner un coup de main.


        Simon de Cyrène

Simon, est-il vrai que tu as recueilli le sang du Christ  dans une coupe qui aurait servi à la cène ? Non Eugène je n'ai jamais eu entre mes mains la coupe de la cène, parce que celle-ci a du  resté dans la pièce qui a servi pour leur repas je suppose. D'abord  je ne faisais pas partie de la troupe qui accompagnait le Seigneur dans ses déplacements ou autres. Je n'ai jamais été un disciple de Jésus. Je le répète , ce sont les soldats romains qui  m'ont  forcé  à   aider Jésus à  porter la croix  et  ça  au milieu du chemin  qu'il  devait  parcourir  pour  arriver  au  mont  du  crâne . On dit que cette coupe qui a servi à la cène, était soit en terre cuite, soit en bois. Les  coupes qui servaient aux actes religieux des Juifs, étaient bien plus richement décorées. Elles appartenaient à la classe des  riches marchands, des sanhédrins, bref à la classe supérieur. D'après Pierre la coupe de la cène était  en terre cuite.  De plus à l'époque d'une crucifixion il était interdit d’approcher le  condamné, de  lui  porter secours  en  lui donnant de l'eau à boire. Et même de lui essuyer le visage ou toute autre partie du corps pour le soulager.

       VOILA LA COUPE QUI TUA BERANGER  SAUNIÈRE

J'ai  regardé Jésus se traîner sur le chemin du Golgotha. Il marchait très péniblement. Il se balançait de gauche à droite sur ces escaliers. Il n'en pouvait plus. Ses cheveux longs et ondulés au bout,  retombaient sur ses épaules. Son  regard    était profond et dénotait une  immense  douceur  malgré  la douleur intense qui était  occasionné  par les soldats Romains. Avec sa  couronne  d'épines enfoncée sur son crâne souillé de  Sang  Et de transpiration. Il  avait l'air  de  porter  toute la misère  du  monde sur son dos.   Simon  te rappelles tu des deux autres condamnés qui  étaient ce jour-là sur le chemin qui  va  au  mont  du crâne ? Non ce jour-là il n'y avait personne avec Jésus. Mais  il ne  faut  pas  croire que ces condamnations   étaient   exceptionnelles, non. Il  y  avait  deux  sortes d'exécution Jérusalem, La première était  prononcé  par  les  grands   prêtres   juifs .C'était  la  lapidation . La  deuxième  était  la  crucifixion qui était prononcé par le procurateur de la Judée soit Pilate. Ces deux condamnations devaient aboutir nécessairement à  la mort.
   


              
QUI DIRIGE MES PAS SANS JAMAIS SE PRÉSENTER

Simon tu es resté jusqu'à la fin de la crucifixion ?  Oui  Eugène, je peux te dire  que  ce n'est pas beau à regarder.  Les  romains  sont habitués  à  voir ces scènes  d’horreur. On dirait  qu'ils prennent plaisir à voir les êtres vivants souffrir. Il  n'y a  qu'à  voir les  jeux  des arènes  pour  se rendre compte  de leur  cruauté . Les  grandes  batailles  sont  des moments  fantastiques  pour  les soldats Romains. Tu sais Simon plus tard ce sont  les  juifs qui seront  tenu  pour responsables de la mort du Christ, ils seront exterminé, les vieux, les hommes, les femmes, les enfants sans distinction  seront  Brûlé dans des fours immenses. Simon je dois retourner dans ma salle circulaire, pour continuer mon périple. Je reviendrais te rendre visite mais pas pour tout de suite. Salut Simon et fait bien attention à toi. Le chemin du retour je le connais bien maintenant. Mais j'ai quand même une appréhension, quelque chose me dit que les ennuis ne vont pas tarder à faire leurs apparitions. C'est bizarre, je n'en vois pas la fin de cette voie. Au loin je distingue des gens ou des bêtes qui barrent le passage. Que me veulent-ils encore ceux-là ?  Je m'approche doucement, je  distingue mal, Zut !!  Ce ne sont pas des gens, ni des bêtes !!  Ce sont ceux  que  la société  a rejeté, ceux qui ont été pollué. Je dirais même irradié .Ils marchent  tous  avec les bras écartés. Bref ils sont  difformes et se déplacent que très difficilement. Il sort  de  cette  foule  des mots incompréhensibles Comme  un brouhaha. Mais pourquoi ont-ils atterri sur la voie des crucifiés ? à mon passage ils s'écartent pour me laisser passer. Ils sentent la charogne, des traces  de défécation, de pisse, de sueur etc. Instinctivement je me pince le nez. De voir ces zombis ça me donne envie de vomir. Maintenant ils font des gestes curieux et incompréhensifs auquel  je ne comprends pas le sens. Ils prennent de la terre au sol, et la projette en l’air, pourquoi !!    Je vois arriver   un  type un  peu  moins amoché  qui écrit sur  un bout de bois :Laisse nous   dans   notre  malheur ,  nous  avons  été contaminé  par  les radiations  des centrales qui ont explosé .Vas t'en de la voie de  tous les Martyrs le plus vite possible. Au prochain embranchement prends à droite et ensuite tout  droit , et  souviens  toi , La  coupe que  tout le monde recherche n'est pas  une  coupe  mais une  pierre noir , elle   proviendrait  du  confins  de l'espace. La bible du vieillard  nous parle de cette pierre noire " Killianus, Killow-hone, terre noire et pierre noire "    Notre  maitre  Boudet et son ouvrage immortel nous guide constamment et souvent nous montre la voie serons-nous le comprendre dans ses allégories ? Nous l’espérons. Tout en pensant à ces paroles, je continu à suivre  le chemin qui mène à la salle circulaire. J'ai beau marcher longtemps, il ne se passe rien de spéciale, Pourtant il m'avait dit à l’embranchement à droite !  Pour le moment il n'y a pas de croisement, bizarre !  Ah, un panneau, Je lis  " Lac de Barrenc  1 km."  Ça  c'est un coup du Baphomet, ou du gardien, Bon j'y vais, je verrais bien. Ah  je vois  un croisement là-bas, Que disent-ils ces panneaux ?  A gauche  les asiles, à droite Montferrand !!  Bon  je vais prendre à droite, de toute   manière je n'ai pas le choix. J' y pense  tout à coup ,comment se fait-il  que lorsque je visite une nouvelle voie ,le départ  se fait  de la salle circulaire ,puis au bout d'une heure de marche je me retrouve a l'air libre, sur des chemins ,des forêts ,au bord des lacs ou des étangs. Puis lorsque  je fais demi-tour pour rejoindre cette fameuse salle circulaire, je ne rencontre pas de grotte,  de trou dans la terre comme des fossés etc... Par contre il faut toujours que je passe par la voie des repentis. Je continu  à marcher .Je commence à avoir mal aux pieds à force de courir d'un coté à l'autre, aussi je dois quand même continuer. Il fait de plus en plus  froid, et il commence à tomber des gouttes d’eau.  Le ciel est tout noir. Au fond je vois des éclairs. Le terrain est trempé, j'ai de la boue jusqu'aux mollets. L'eau  qui coule  sur mon visage est bizarre .Mince ce  n'est pas  de l'eau mais  ce  sont  des insectes minuscules qui me parcours le corps. Ils sont en train de me dévorer.  Je me roule dans la boue pour les faire fuir, mais rien ni fait, alors je me mets à courir comme un fou. Le chemin où je me trouve descend  de plus en plus en pente très forte. Soudain je me retrouve dans ma bergerie .Les insectes ont disparu, mais sur ma peau des traces de sucions sont très visibles. Je reconnais le passage que j'avais pris à l’époque. Je retrouve également la ficelle qui m'avait permis de ne pas me perdre dans ce dédale. Maintenant je suis tout essoufflé. Si ça  continu, je vais faire une attaque  cardiaque .Donc à ce niveau je ne peux pas faire demi-tour pour sortir  par la bergerie parce que je n'ai plus ma corde avec moi. Je dois   continuer jusqu'à  la salle circulaire. Il faudra que j'affronte la chute d'eau etc.  Comme au début. Aller j'y vais.  Le boyau  où je me trouve commence à descendre en pente raide, le sol est Couvert de galets. Ces mêmes galets qui se trouvent dans le lit des torrents et des rivières. Les bords du passage  sont  faits avec  ces  galets, le passage s’élargit Mais  reste  très glissant,  le courant est  de  plus en  plus rapide. Si ça continu je vais Me  noyer, et  personne pour me secourir. Bon je lâche. L'eau m'arrive maintenant jusqu'au  menton,  je sens que je vais  bientôt mourir, je  sens  mes forces  s'épuiser , et  puis le torrent me  jeta dans la  salle circulaire. Ceci c'est passé exactement comme quand  j'ai pris le passage sous la bergerie la première fois. Je regarde autour de moi. Pas de Baphomet ni de gardien !! C'est quand même bizarre. Pas un bruit non plus, Ho les caisses et tout ce qui se trouvaient  dans l'autre salle circulaire ne sont plus. Donc  la salle où je me trouve n'est pas la bonne. Mince alors je vais me mettre à crier ou plutôt à hurler. Baphomet, gardien où  êtes-vous. Pas de réponse. Je commence à avoir très peur. Il n'y a pas non plus les voies que j'ai pourtant visitées. Que se passe-t-il ? Je regarde mieux, ha, je vois un passage, là-bas dans le fond de la salle. Je marche sur un tapis  de branchages en direction du passage. Plus j'avance et plus le passage s’éloigne. Je me retourne, il m'a semblé entendre des pas, ou peut-être  un  chuchotement.  Puis  plus nettement un fredonnement de jeune femme, mais où suis-je ?  Cet endroit, je ne le connais pas. Les  chants sont  de plus en plus  intenses. Une fumée sort maintenant de cet antre. .Tout à coup je distingue dans cette brume  des  formes, puis des entités  sortis du tréfonds de la terre. Puis il entendit  , Eugène tu n'es pas dans la bonne salle circulaire ,mais n'est crainte , quand viendra le germe que tous attendent  ,tu retrouveras ton chemin celui de la vérité aussi  facilement  que  de  te  souvenir de  celui qui doit  venir  pour sauver l’humanité .Mais qu'est-ce que je raconte ! Je ne connais que  le germe des plantes. Souviens-toi Eugène  ce que le prophète Zacharie   a dit : ‹‹ Voici un homme dont le nom est GERME il s’assiéra et dominera sur son trône ›› Bon ce n’est pas tout ça mais il faut que je retrouve mon chemin. Je marche dans la brume sur ce sentier, sur ses abords je peux voir les racines des différents lichens  et  autres plantes qui sont accroché sur  les bords de ce chemin qui n'en finit pas. De l'eau me dégouline dans le cou, puis je sens que le sol bouge sous mes pieds. Que se passe-t-il encore ? Je  pense encore à cet homme  qui  s'appelle  GERME ! ce ne peux pas être le  CHRIST    parce que jésus n'est jamais monter sur son trône !!. Qui ça peut bien être ? Baphomet j'ai besoin de tes services  réponds immédiatement. Et bien Eugène je suis avec toi depuis un bon moment maintenant .Tu es tellement plongé dans tes pensées que tu ne t’as pas aperçu de ma présence à tes cotés. Nous allons ensemble rejoindre la vraie salle circulaire.  Baphomet  je  ne  sais  pas si je dois te suivre ou te faire confiance. Si tu n'as pas confiance en moi alors il est inutile de  m'appeler tous les cinq minutes pour un oui,  pour un non. Salut et porte toi bien .Dit moi Baphomet avant de me laisser dans la mouise, c'est quoi ce germe dont Zacharie parle dans ses prophéties. Eugène il n'y a pas que ce sage qui en parle. Il y a aussi le prophète  Jérémie  et un autre dont je ne me souviens  plus le nom. Bon aller Baphomet je te suis, mais pas de coups foireux. Eugène il faut que tu me porte parce que tout seul je ne peux pas marcher. Bon  je vais te mettre dans mon sac à dos. Le prochain croisement  prend à droite et, attention où tu mets les pieds. Le sol  est effectivement  dangereux. Nous marchons dans l’eau, les racines des arbres sont gigantesques, des bruits bizarres se font entendre, les galets qui forment le lit de la rivière sont gros et instables, déjà deux fois que je tombe. C'est très épuisant, Eugène, marche aux bords de la rivière  et surtout n’essaie pas  de gravir  le rebord du talus. Nous allons arriver au bout de ce chemin, ensuite nous prendrons à gauche. Après ça ira mieux.

Mince Quesque c'est que ce truc  dans l'eau  Baphomet ? C'est le gardien. C'est pas possible, et  oui  Eugène, le genre humain a un défaut il n'est pas immortel.  Mais peu importe c'est peut-être le moment de changer de gardien. Eugène continue tout droit à hauteur  du grand chêne nous allons nous arrêter un moment. Au fait tu as contrôlé  si  le cadavre  était   bien  celui du gardien .Parce que je l'entends  me hurler dans ma tête  des noms d’oiseaux. Baphomet  retourne tout de suite auprès de ton ami le gardien, parce que ça commence à m’énerver toutes ces histoires. Je préfère continuer tout seul. Eugène laisse-moi au bord de la rivière, et salut. Ces deux crétins me sortent par les yeux. Ils sont toujours là à me créer des ennuis, tous plus ou moins grands selon leur humeur. Cet idiot de Baphomet m'avait dit de tourner à gauche, et bien moi je vais tourner à droite. Et puis je verrais bien.  Je ne vais pas me fatiguer, je marche à mon rythme. Je connais cet  endroit, Je crois que ce doit être un embranchement de la voie des repentis qui mène au château d'Arques. Est-ce que  cet embranchement mène bien au château d’Arques ? C'est  ce que nous allons voir ensemble. Je crois que je vais abandonner, je suis de plus en plus fatigué. Ces deux crétins m’énervent avec leurs nouveaux  travaux d’Hercule. Bon je continue, oui c'est bien ce que je pensais  .Cet embranchement est celui qui mène à la vie  normale. Je vais en profiter pour aller rendre visite à mon amie Germaine.  Je soulève la pierre qui ferme la voie des  repentis,  et  me retrouve  à  côté du château d'Arques. C'est  bizarre, je ne vois pas la demeure de mon amie !  Que se passe-t-il maintenant ? J'aperçois  Sylvain  en grande discussion avec monsieur le maire.  Je sens qu'il  se passe quelque chose. Je passe à côté d’eux, dit moi sylvain, tu as l'heure ?  Oui  Eugène  il est  10 h 20. Dit  Eugène tu  n’es pas au courant ? Non ! Que se passe-t-il ? Bé la  poste de Couiza a été attaquée ce matin à l’ouverture. Les gendarmes ont arrêté un des  types puis le maire interpelle  Eugène. Dit  Eugène en ce moment tu navigues  beaucoup, tu me diras ça entretient la forme. Attention tu n'es plus très  jeune. Je sais monsieur le maire, je sais. Sylvain tu n'as pas vu Germaine ce matin ? Bon je vais lui faire un petit coucou, aller salut, puis le vieux alla rejoindre sa bien-aimée. Je repense soudain au Baphomet de la salle circulaire

j'aperçois mon amie. Elle  a l'air en forme. Elle me fait des signes de la main. Bonjour Germaine  tu vas bien ?  Ça  va  Eugène  et toi ? Tu sais ces derniers jours ont été très éprouvant. J’ai  les pieds en compote, mais dans le fond le morale est au beau fixe. J’ai  visité  un  grand  nombre de voies, il doit m'en rester environ trois ou quatre  puis après je ne sais pas ce qui se passera. Mes deux cinglés, le gardien et le Baphomet sont de plus en plus étranges. Bon je veux  en finir avec ces voies. Je retourne immédiatement dans la salle circulaire.  Germaine je me sauve dans  mon trou de souris. Fait attention Eugène, cette fois ci  j'ai  un pré-sentiment, J'espère qu'il ne t’arrivera rien de fâcheux. T’inquiète pas, je serais très prudent. Ils ne m'auront pas ces deux crétins de plus, je compte bien me servir en ce qui concerne le coffre au trésor.  Avant tout, je passe à la maison. Je dois écrire un mot pour expliquer toute cette affaire. On ne sait jamais il peut m'arriver tout un tas de déboires. Cette lettre je vais la poster à Couiza adressées à Germaine. Maintenant je suis prêt. Même avec un âge avancé, je vais affronter mon destin. Arrivé aux abords de la Sals je jette  un regard rapide en direction de la bergerie, puis je prends la route qui mène sur le mamelon qui supporte le château d’Arques. Là je distingue de loin la pierre qui bouche l'entrée du passage de la voie des repentis. Il y a un autre passage pour se rendre dans le labyrinthe de Montferrand. Voici la véritable image de l'entrée de la grotte du serpent tout près du territoire du serpent dans le secteur de las  BORDOS DEL SOULAS.

 Nous pouvons voir dans ce même secteur le gardien de ce site fabuleux  Comme je vous le disais, cette photo que j'ai prise il  y  a   très longtemps elle parait à première vue  insignifiante  et semble bien inoffensive. Mais ne vous fiez pas à ce que vous voyez, mais plutôt  à ce que vous ressentez.  Aller, Eugène cette fois-ci  je vais passer par la grotte du serpent. C'est  inquiétant  je m'engouffre dans le passage de cette grotte, je commence  à marcher dans un   monde irréel nous allons bientôt voir une reproduction de cet endroit. 

  Ce  chemin mène-t-il quelque part ? Personne n'en sait rien !! Mais Quesque je fais ici ? Ah  je vois un monticule de pierres, c'est une tombe qui se trouve dans ce bois qui a brûlé. Ce n’est pas possible, je suis dans un cimetière ou quoi ? J'ai l’impression que ça fait une éternité que je me dirige sur cette partie dévastée  qui se situe autour de moi. Les  arbres qui sont là, sont morts depuis longtemps. Si je ne trouve pas une sortie vite fait, je vais mourir de soif  et de fatigue. Dans quel bourbier je me suis  fourré, je crois que je vais faire demi-tour, et tout de suite. Mince des pies  tournent au-dessus de moi, l'air est de plus en plus chaud  et sec. Baphomet  il faut que tu viennes m'aider ou je vais mourir. Pas de réponse .Je vois des gens au loin, ils ont l'air étrange.  Mais ce sont des Celtes, ou des barbares. Ils ont des haches, des épées très longues, des moustaches et une chevelure longue, sale et blondes. Je crois que je me trouve à l'époque des vikings. Ils sont bruyant, farouches et ne connaissent certainement pas  la pitié. Un grand gaillard accompagné d'un  très vieil  homme qui se met à gueuler  en latin : gothinos gallica lingua coarguit non esse Germanos :Mais que barjaque-t-il donc ? Il répond Que les Goths, les Romains  parlant le latin, ne sont pas Germains. Je suis peut-être dans la forêt  de Brocéliande, en Saxe ou en Angleterre. En Bretagne aussi, en fait, on ne sait toujours pas très bien où elle se situe cette forêt. Toujours est-il  que le vieil homme qui m’interpelle, est surement le grand historien et politicien TACITE .qui est né probablement dans la Gaule Narbonnaise.    Dans la bible du vieillard  et dans l'opuscule Du nom de Narbonne                notre maitre nous  a parlé longuement  de ce politicien en voici un                                                               fragment.


       fragment du nom de Narbonne " Boudet "  (TACITE )

Le vieil homme s'adressa à moi !  Qui  êtes-vous ? je m'appelle Eugène, je suis perdu, aussi je voudrais bien sortir de ce lieu, mais des forces démoniaques m'en empêche. Où sommes-nous monsieur et quelle est cette forêt ? Cette  forêt s'appelle  " SYLVIA  CŒSIA"   , maintenant nous l'appelons la grande forêt Cœsienne. Eugène  nous allons te donner un  Germain de route pour rejoindre le chemin qui mène dans ton monde. Parce que bien sûr tu n'es pas de ce temps ? Cela se voit à ton accoutrement. Aller va et bonjour à Germaine. En chemin  je pensais soudain,  comment connaît-il le nom de mon amie ? C'est un coup du Baphomet et du gardien. Ces deux-là, je les maudis. Ils jouent avec mes nerfs. Ils me posent tout un tas de problèmes qu'il est difficile de résoudre.  Bon  ça fait déjà un moment que je suis le Germain. Nous sortons de la forêt. A droite la forêt, à gauche le désert, devant nous, l'entrée d'une grotte.  On entend déjà les cris affreux des gens qui se trouvent à l’intérieur de ce gouffre. Je me tourne vers le Germain. Mince il a disparu. Deux solutions !  Je rentre dans cette grotte ou non. Je m'approche doucement, les bruits se font moins forts. Par contre j'entends comme des bruissements. Sur les rebords de l'entrée  j'ai vu  des fourmis qui s'affairent continuellement à transporter des brindilles, et toutes sortes de fragments de cadavres d’insectes, qui ont été démembrés par leurs pinces et leurs mandibules acérées. Maintenant les fourmis sont toutes autour de moi. Elles commencent à me grimper dessus. Il faut que je déguerpisse  et très vite, parce qu’elles  vont  me dévorer tout cru.  Je cours comme un fou  et je me retrouve au-dessus de la grotte. Les fourmis m'ont lâché. Je saute dans la grotte, à l’intérieur des cris et des hurlements venant du tréfonds   de la terre me glacent le sang. Où est ce que je me suis fourré encore ? Le sol est couvert de mousse végétale. Les cris et les hurlements sont à présent moins forts et plus lointains. Je marche sur un terrain déjà connu. Il n'y a pas d’arbres, mais des fougères  très grandes sont partout. De temps en temps je perçois quelques grognements et sifflements aigus. Je me demande si un jour je retrouverais la salle circulaire. Tient ! Il y a quelqu'un qui est assis sur le bord de la route. Il me fait des signes. Bonjour  Eugène, j'espère que tu es en très bonne forme. J'ai été envoyé par le Baphomet, il veut que tu me suives. Il pense que tu es perdu, donc je lui ai dit, pas de problème. Je me présente, je suis le gardien du trésor de Rennes le Château   CROIT-ON. Dis-moi  tu es  le diable qui a dispersé  les pièces de ton trésor sur les terres du Marquis de Blanchefort  il y a très longtemps ? C'est une légende où quoi ?  Bon tu es prêt  à me suivre ?  J'hésite mais je n'ai pas le choix.  Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l’impression que tu ne m’es pas inconnu. Ne serais tu pas le Baphomet ? Aller Eugène  on y va. Regarde bien où tu mets les pieds, et sois prudent.   Nous nous  suivons  l'un  derrière  l'autre ,  et plus  je regarde sa démarche , plus il me semble qu'il me rappelle !! Mais oui !  Le curé de Rennes les Bains : Boudet.  Mais il  est  mort  depuis très longtemps. C'est  mon cerveau qui me joue des tours, ou bien  mes yeux qui sont trop vieux. Chez moi ça ne va plus très bien. Je confonds le réel et l’irréel, le vrai du faux. C'est drôle l'entité  que je suis, devient de plus en plus flou, il s’estompe peu-à-peu. Il ne parle plus, il marche comme un robot, raide et saccadé. Tout à coup il met le bras  levé à droite comme pour me dire, tourner à droite puis il disparaît. Je me retrouve devant un embranchement,  que faire ? Je m'avance doucement à gauche un chemin  qui  mène dans des champs  à perte de vue. Je vais prendre à droite et je verrais bien. Pas de panneaux, rien qui puisse m’aider. Il y a des corbeaux qui attendent que je crève pour me bouffer .Ces charognards ne ratent jamais une occasion de se remplir le ventre. Un de ces volatiles fait des allés et retour  sur sa droite me faisant comprendre  qu'il  faut continuer et prendre le chemin à droite. C'est un passage boueux et caillouteux, il dégringole  des trombes d'eau sur les parois. Je suis trempé comme pas possible. Je suis déjà passé par un passage de même type. Je suis harassé de fatigue et rien à manger.  Ah là-bas  je vois une éclaircie. C'est bon signe, je me mets à activer le pas. J’aperçois au loin le Château d’Arques. Je vais pouvoir casser la croûte chez ma copine, après repos complet   . Salut Germaine  comment vas-tu ? Ça va, tu  viens d'où  Eugène ? Je vais t'expliquer. En attendant peux-tu  me donner un bout de pain ? bien sûr, assieds-toi, j'arrive tout de suite.  Voilà Eugène, alors ? Tu sais germaine cette fois ci j'ai eu vraiment peur. Je suis passé par des moments terribles , j'ai vu des paysages incroyables  des immense forêts en passant par des déserts , et des marais infestés , sans parler des bêtes immondes  , des fous enfin je crois qu'il me manque une ou deux voies à visiter , mais je vais arrêter là  . Je suis trop fatigué, et pourquoi faire ? Ce n’est pas à mon âge que je vais me servir de tout l'or du monde !! Qu’est-ce que tu en pense ? Eugène si tu ne penses pas y arriver, si tu n'as plus la force physique et mental pour poursuivre alors arête tout. Ecoute Eugène va te reposer chez toi, ensuite tu auras les idées un peu plus claires. Et puis après tout le gardien et le Baphomet vont bien sûr se manifester et plus vite que tu ne le pense. À bientôt Eugène et porte toi bien. Le vieux s'en alla chez lui ne pensant plus qu'à se reposer.  Au loin il aperçoit sa masure, accroché à sa porte un mot !!  Ah ça commence, je ne reçois jamais de mot  moi. Je l'ouvrirais plus tard, et le voilà qui s'affale sur sa paillasse .Il s'endormit tout de suite. Dans son sommeil il entendit  quelqu'un l’appeler : Eugène, Eugène, réveil toi, il y a le feu dans la salle circulaire et ils ont besoin de toi urgent. Puis il se réveillât en sursaut. Que se passe-t-il  maintenant ? Un vent puissant soufflait  dans la région. C'est la tempête, des trombes d'eau tombaient sur sa misérable bicoque. Voilà que la pluie pénètre à l’intérieur, tout est mouillé sa paillasse ressemble à une éponge. Il se leva et, se retrouva les pieds dans la flotte. Mince alors il faut que je sorte, j’espère que ça  va   s’arrêter parce qu'autrement  c'est la crève assurée, et le mot où est-il passé ? Ah  le voilà tout trempé, Eugène, tu n'as plus que trois voies à explorer. Tu as le bonjour du gardien et du Baphomet. Repose-toi bien. Nous  t'attendons très bientôt. Bon que vais-je faire ? Je ne vais pas me rendre chez mon amie, en plus il pleut  toujours autant. Il me semble avoir entendu le chant d'un oiseau, amenant avec lui un temps un peu moins médiocre, d'ailleurs je n'entends plus la pluie tombée en trombe, mais il va falloir attendre encore un peu parce que dans les tous-terrains qui mènent à la salle circulaire ceux-ci doivent  être tous inondés et donc impraticables. Je vais me rendre au bistro du coin, déjà je serais à l’abri. Salut Francis t'as vue ce qui tombe ? Donne-moi un petit rouge ça va me remonter un peu. Quoi de neuf dans ce patelin perdu ? Rien Eugène, pas grand-chose, à part que des gens étranger ne sont venu voir François pour faire une randonnée du côté du cardou. Bon salut Francis et à bientôt. Tout-à-coup j'y pense, je croyais qu'il était mort ce crétin de gardien ? Ils me prennent vraiment pour un C... ces deux-là !! Quand le temps sera  un peu plus clément je continuerais mes  recherches, mais pour l'heure je vais me reposer encore un moment après on verra bien. Le vieillard se réveilla très tôt ce matin-là.  J'ai dû attraper froid cette nuit. Je suis trempé comme une soupe. Je vais allumer un feu pour me réchauffer. C'est normale, ma paillasse est toute trempée, mes habits aussi, il faut que je sèche tout ce bazar. Ces deux idiots me proposaient de visiter encore trois autres voies ? Et bien qu'ils  m’attendent, moi j'en ai assez, je vais de ce pas rejoindre mon amie .Les souterrains ce n’est pas mon truc, je ne suis pas une taupe après-tout !! Sans s'en rendre compte, il se retrouve sur le sentier qui mène à sa ruine. Mince il y a un type assis sur un caillou devant la bergerie. Qui êtes-vous et que faite vous ici ? Je suis le nouveau gardien, le compagnon du Baphomet. Je vous attendais Eugène et  bien dites à ce crétin de Baphomet d'aller se faire voir, parce que moi j'en ai  par-dessus la tête de toutes ces histoires, de toute façon si je veux rejoindre la salle circulaire je sais parfaitement comment y aller. Je n'ai besoin de personne, et dites-lui qu'il peut se garder son trésor qui ne lui appartient pas d'ailleurs. Le nouveau gardien, ah ! Elle est bien bonne celle-là. Tout en marchant en direction du roc du roi, il passa devant le menhir des Pontils pour rejoindre l'entrée de la voie des repentis qui mène à la salle circulaire. Mince je n'arrive pas à soulever la pierre qui bouche la voie. Mais alors, c'est vrai  que le type que j'ai vu à la ruine est le nouveau gardien ? Bon je vais voir mon amie. Germaine tu es là ? Eugène que ce passe-t-il ? Rien de grave j’espère parce qu'avec tout ce qui t’arrive, je m'attends  toujours à des catastrophes. J'ai été viré à cause de ces deux crétins le gardien et le Baphomet. Ils  ont choisi  un nouveau type que j'ai vu assis  près de la vieille bergerie. Ce type m'a dit qu'il était le nouveau gardien, alors je vais attendre et je verrais bien. Eugène ne te fait pas de soucis, à mon avis ils font un peu de cinéma, et d'ici peu  tu auras bientôt de leurs nouvelles. Au fait j'ai reçu des nouvelles de la soutane, elle appartenait bien au curé de Rennes le château  Béranger Saunière. Donc à mon avis il n'était pas étranger à la mort du curé Gélis, et d'ici que ce soit lui le meurtrier il n'y a pas loin. Tu sais  Eugène ces trois-là, Boudet, saunière, et Gélis formais un trio quelque peu  bizarre  Eugène tu es au courant que le parchemin trouvé par Saunière étaient des faux !!  Et qu'en fait  ce serait un codex  trouvé  à  l’Université  de Cambridge ou du moins une copie trafiquée par les trois autres escrocs qui se sont occupé de l'affaire de Rennes. Soit Plantard, Cherisey, et Gérard  de Sède. Donc  certains auteurs ont décrété  que les recherches devaient s’arrêter là, et tous les chercheurs ont comme d'habitude suivi  les conseils de ses idiots de journalistes et autre écrivains. Voici  l'entrée  de la voie des damnés.

 

Maintenant ça fait longtemps que je marche dans la voie des damnés.  Tout-à-coup j'aperçois Germaine qui monte sur la rampe, Elle regarde dans ma direction mais ne peut rien faire. Je me mets à hurler, à faire des gestes mais rien n'y fait. Les hurlements qui sortent de ma bouche ne sont pas audibles, en fait il ne sort rien de ma bouche, je ne fais que m'étrangler. Des larmes commencent à couler sur mon visage flétrit, Je la vois tête baissée, s’éloigner de la rampe et suivre les autres pénitents   et disparaître dans le fond de la crypte. Il faut absolument que je sorte de cet enfer au plus vite. Et aller voir de moi-même si vraiment  mon amie Germaine est bien morte. "Vous comprenez  maintenant, ce que j'ai enduré tout au long de mon périple. Alors souvenez-vous La mort est présente sur toutes les têtes à la naissance, celui qui pense ne pas en faire partie se trompe lourdement. Mais Quesque  je raconte, ça  va pas très bien dans ma tête. Les gens qui me connaissent disent toujours  que je vis dans le passé, Non je ne vis pas dans le passé, mais je sais très bien ce qui s'est passé dans le passé. Comme je ne peux pas passer par la voie des repentis, alors je passerais par la voie des damnés malgré les risques que cela comporte. Me  voilà  engagé dans cette voie avec un mauvais présentement, mais bon. Je commence à entendre les cris, les pleurs, et autres gémissements venant du tréfonds des entrailles de cette crypte. Il y a un tel boucan ici ou  plutôt   un tel brouhaha sans parler des bestioles qui tournent autour de ma tête. Tout-à-coup un drôle de type me dit ; tu viens  d'où toi ?  Je viens de la salle circulaire pourquoi ?  Qui es-tu toi pour me demander d'où  je viens etc...  Je suis le maitre de la voie des martyres, c'est  cette  avant dernière voie que tu dois franchir .Les atrocités ici sont quotidiennes et elles  atteignent le paroxysme aussi bien  physiques que psychiques alors prudence Eugène.   Voici un petit aperçu de la pénitence des martyres.



         Voici les tortionnaires de Lazare dans la voie des martyres 

Me voici marcher sur cette nouvelle voie. Pas un bruit, ni d'oiseaux ni de vent dans les arbres, et pas plus que le poids de mon passage sur ce sentier. Quelque fois  je vois passer des ombres furtives qui essaient de me dire quelque chose, mais quoi ? Tout en marchant j'entends comme un écho de ma voix résonnant sur les rebords du chemin des mots comme un brouhaha "  TU VAS ETRE L'UN DES NOTRES

 EUGÈNE "  Oh là !! Qu’est-ce que c'est que cette chose qui s'avance dans ma direction ?  Avec une voix qui vient des entrailles de la terre, tremblotante et incertaine : Si tu continus Eugène tu va être un  martyre comme nous, Nous avions aimé l'idée des paroles d'un prophète, ou d'un messie, mais ils nous ont par leurs tortures anéantis, mais ne t'en fait pas Eugène ils vont t'anéantir toi aussi  Comme tous ceux qui s’aventurent  dans cette voie des martyres. Mais qui êtes-vous mon ami, que vous est-il arrivé ?  Je m’appelle  Jacques le frère de Jésus, il m'avait averti, plusieurs fois de me méfier de tous les disciples, car tous ne se sont pas rendu à la crucifixion !! Ils m'appelaient Jacques le juste, celui qui prendra la succession de jésus Jacques à quelle époque sommes-nous ? Eugène nous sommes à l'époque romaine au moment de la destruction de Temple de Jérusalem. Les Romains sont des barbares sanguinaires qui ne connaissent pas la pitié. 
Ils ont tué tout le monde, les femmes les enfants les vieillards sans parler des viols, les massacres gratuits. Je t'en prie Eugène fait demi-tour et ne remet jamais les pieds dans cet endroit à jamais maudit des dieux et des hommes. Jacques je suis désolé mais je suis obligé de continuer mon périple dans cette voie des martyres.  AH oui !  Alors prends ça. il  lève      sa massue  Ce n'est pas Jacques c'est un monstre armé d'un gourdin, sa peau se détache de son corps dépecé et sanguinolent, il se tient debout mais tout juste. Il est plein de rage et de colère .Il court en sautillant, je me sauve devant tant de sauvagerie. Je me retourne je le vois au loin qui se traîne dans la voie des martyres. Maintenant je cours comme un fou, la voie se rétrécie, Je vois au loin un village au milieu d'un désert des gens marchent en sens inverse, où ils, que se passe-t-il ? je sens la peur monter en moi .Des bras vigoureux m’enserrent, Mais que voulez-vous?  Lâchez-moi  vous dis-je !! J'essaie de me dégager mais rien à faire, cette fois je suis mort. Ils vont me tuer, me torturer, et ensuite me martyriser. Je vais appeler Baphomet, Baphomet  viens me porter secours s'il  te plait. Ta fini de gueuler comme un âne , c'est moi Eugène , mais c'est la dernière fois que j'interviens pour te secourir .  Baphomet je ne suis pas parvenu à soulever la pierre qui bouche la voie des repentis. C'est normales, pour le moment nous devons nous concerter avec les initiés pour savoir si oui ou non nous devons te donner un nouveau pouvoir. De toute façon  tu dois finir cette voie des Martyres. Tu n'en es qu’au début  de celle-ci, bientôt tu auras à supporter d'autres pénitences, et voir d'autres atrocités pour  raffermir  ta force morale. Alors bonne chance Eugène, à un de ces jours. Sur ce, ils me laissèrent  tomber comme un sac de sable . Un grand nombre de gens qui se dirigeaient en sens inverse de moi, sont de plus en plus nombreux  !!  Petit, petit  Où allez-vous tous comme ça ?  Monsieur  venez avec nous, vous êtes en très grand danger ! La ville  que allez voir va bientôt disparaître sous un déluge de feu. Les gens sont mauvais dans la contrée et ils vont connaitre les foudres de leurs Dieux. Ils sont déjà postés  au-dessus de la cité. Ils attendent des ordres .Venez avec nous sans discuter. Mais qui êtes-vous, vos habits sont bizarres. Vous êtes certainement un de ces monstres venu des cieux pour nous anéantir. Nous allons vous tuer.  Le vieillard  se mit à courir dans la direction de la ville déjà à moitié en feu .Ces gens ont peur, ils n'oseront pas me suivre dans cet enfer de feu. Je vois un passage sur ma droite. C’est un  renfoncement. Je m'y  engouffre en me couchant au sol et je ne bouge plus. Un vacarme effroyable se fit entendre suivi d'un silence  de mort. Je me lève et je continue dans ce boyau étroit qui descend très  profondément dans la terre. J'entends chanter la bas dans le gouffre, des chants merveilleux se propagent et enveloppent tout le monde d'en bas. Je continue à suivre le sentier qui va certainement m'amener dans une crypte quelconque !   Peu importe de toute façon je n'ai pas le choix.  Soudain j'entends dans mon dos un vacarme, des gens qui courent dans ma direction ils me bousculent au passage. Je me retrouve au sol plein de boue de la tête aux pieds. Je me mets à gueuler comme un cinglé, les chants du coup ont cessés, zut je ne suis pas particulièrement fan de ce genre de musique mais bon il y a des moments où cela vous fiche un coup de fouet au morale. Je me tourne en regardant devant moi, incroyable les gens qui m'ont bousculé sont tombé dans un gouffre sans fond. Des hurlements, des cris atroces se propage dans cette immense salle   .J'avance pour voir où sont   passé toutes ces personnes. Du coup je me retrouve aux bords du précipice .Dans le fond  j'aperçois  de la lave incandescente qui circule à toute allure dans le fond de ce trou béant. Mon dieu, comment je vais sortir de ce endroit? Je ne peux appeler personne pour me secourir. Mais alors d'où provenait ces cris ? il doit certainement y avoir un passage, mais je ne vois rien, il y a trop de fumée qui me pique la gorge  et les yeux. Mince j'aurais bien aimé voir qui chantaient si bien. Je sors un mouchoir de ma poche quand tout à coup une personne jeune me pris le bras, venez monsieur suivez-moi  on va prendre un boyau de terre qui va nous aider à sortir de cet enfer. Où sommes-nous mademoiselle, ce n’est pas possible, je dois être en train de rêver. Une jeune femme dans cette crypte ? Attendez madame, qui êtes-vous ? Pas de réponse, Maintenant elle marche en se dandinant, on dirait  une sorcière, ses vêtements ont changés, son visage est plein de poils des  rides profondes  sont partout sur elle. Ho, Je n'avancerais plus d'un pas si vous ne me dite pas qui vous êtes ? De toute façon je vais faire demi-tour et tout de suite. Vous n'irez nulle part sans que je vous en donne l'ordre monsieur Eugène. Baphomet c'est toi ? Oui je suis le gardien de cet antre. Les gens qui s'aventurent ici n'ont pas le pouvoir de sortir vivant d'ici. Suis moi on va rejoindre la chorale, puisque tu as souhaité  voir ces chanteurs d'opéra. C'est drôle Baphomet, lorsque tu es avec moi mes craintes s'estompent  et je me sens beaucoup mieux. Et ton ami le gardien où est-il passé, il y a longtemps  que je n'ai pas eu de ses nouvelles !  Eugène marche et tais-toi,  nous ne sommes pas encore sortis de ce monde  de chanteurs.  Eugène pas un mot maintenant,. Je vois un démon qui est en train de dévorer un cadavre de poisson .Ses dents sont pourris, sa bouche aussi, il sort du pus  entre ses gencives, ses yeux sont deux fois plus énormes que les nôtres. Des grognements de satisfactions et des rots sortent de cette  gueule dégueulasse. Bientôt ils se retrouvent à plusieurs.  Autour d'eux des tas de détritus de repas sont étalé de partout. Une odeur infecte

se repend  dans cet endroit immonde. Ces restes de repas me font penser à ces fameux kjoekken-Moeddings  du Danemark.  Nous marchons à travers ces tas de détritus. On commence à entendre une chanson extraordinaire. Ils sont des centaines à chanter en cœur, le sol est couvert de mousse et d'herbes courtes, les troncs d'arbres sont nombreux à être couchés au sol, rendant notre avance de plus en plus pénible.  Au milieu des chants, des hurlements, des cris se font  entendre.  Baphomet pouvons-nous partir de cet endroit ? Tous ces gens chantent leur malheur, qui se transforme par la suite en cris de désespoirs. Sont-ils morts ? Personne de le sait !! Moi je sais que les âmes qui hurlent  pour récupérer leur liberté, sont des âmes perdu. Tout-à-coup j'y pense, qui est celui qui m’amène  dans je ne sais quel endroit ? Et si ce n'était pas le Baphomet ? Mais une entité qui me veut du mal. Finalement je suis mieux seul. Tout autour de nous une épaisse fumée nous enveloppe de toute part. Le sol est fait de basalte reste d'une activité volcanique, les petites  pierres ponces qui s'abattent sur nos épaules, obscurcissent encore plus la crypte. Nous entendons autour de nous  des bruits de pas feutrés, et de chaines qui traînent au sol. Dis-moi Baphomet nous n'arrivons nul part. Te souviens-tu  la fois où tu m’as mordu la main ? Non, Je n'ai jamais mordu personne. Mais alors tu n'es pas le Baphomet ? Qui es-tu ? Il se retourne  soudain, son visage est horrible, plein de verrues, de boutons purulents .Ce monstre  est en  train de s'estomper Puis il disparut !! Que se passe-t-il de nouveau ? Je me retrouve tout seul avec toutes ces âmes qui pleurent et se lamentent .Moi je ne me morfonds pas, il faut que je me ressaisisse. Ce Baphomet,  m'a pris pour un débile .Je vais lui faire voir à ce crétin, ce dont je suis capable. Dans un premier temps il faut que je me situe dans les lieux. Et le sentier qui continue à descendre de plus bel. Soudain je me mis à regarder vers le plafond  de la crypte, ça alors je vois le ciel  étoilé. Mais alors je suis dehors dans la campagne ou ailleurs mais je ne suis plus dans un gouffre plein de démons débiles.
                                                   Plafond  de la voûte céleste


Je suis content , je saute de joie ,mais inquiet à la fois. Il faut que j'attende le levé du jour pour me situer . Mais comment est-ce possible ? Où suis-je ? j'espère que  n'est pas un mirage ou un coup du Baphomet ? Je sens bien l'air me fouetter le visage mais aussi pas un bruit ,tout est calme Les bruits de la vie courante sont inexistant , d'ailleurs c'est ce qui me fait penser que les problèmes ne vont pas tarder à faire surface. tout à coup une immense explosion se fit entendre, d’énormes Tremblements de terre et une pluie de pierres ponces se mirent à tomber. Oui c'est bien ce que je pensais, je ne suis pas sortie de la voie des Martyres. Aller je dégage de cet endroit maudit. Je cours en regardant le ciel qui est petit à petit caché par les débris qui tombent du ciel. J'ai de plus en plus de mal à respirer, mais je continue à aller de l’avant.   Je finirais bien par arriver quelque part, d'ailleurs le chemin est un peu moins encombré de morceaux de cendres et autres débris. Au fond je vois une éclaircie  et un coin de ciel bleu. Je suis un vieillard mais la peur vous donne quelques fois des ailes .Mince il y a des gens qui me suivent. Je vais les laissé passer pour voir ce qu'ils se disent .Ils connaissent peut-être ces lieux si malheureux et pleins de dangers. Je m'accroupi  dans un coin. Là j'entends de loin la discussion ; On y est  presque mais il faut passer encore la rivière des inconnus. 



        La rivière  des  inconnus.

C'est moi Eugène, Je suis devant  la rivière des inconnus. Je suis trempé jusqu'aux os. La rivière est en fait un torrent furieux. C'est pratiquement impossible de le traverser  sans aide. Bon il faut que je  contourne  ce  problème, ce n’est pas un  petit ruisseau  qui va  nous casser les pieds. Avec tout ce que j'ai enduré jusqu'à présent je pense que ça va être un jeu d'enfant. Je vais attendre, et voir comment ils se débrouillent, après je verrais  ce qu'il y a lieu de faire. Je m'avance et me cache tout près  de la rivière. Les voilà  qui arrivent les uns  après les autres. Il y a un  sérieux problème. Ce ne sont pas des humains, on dirait des monstres venu d'une autre planète. Leurs têtes  ressemblent à une tête de poisson, Ils ont un aileron sur leur dos  qui se déploie, et là, ils se jettent dans le torrent. Ils ont disparu, et  je ne les vois pas ressortir sur l'autre berge. Moi je vais essayer de longer le bord du torrent, jusqu’à trouver un endroit propice pour traverser. Ah  j'entends des voix, c’est encore d'autres personnages inquiétants. Ils sont encore plus affreux que les hommes poissons. Un en particulier  parla : Moi je suis innocent, mais vous, êtes-vous aussi innocents que moi ? Parce ce que  si vous êtes tous des menteurs, vous périrez dans ce torrent  en furie .Mais  Thorn te  rappelles  tu la dernière fois ?  Ce n'est pas de l'eau  que tu vois, Mais bien de l'éther qui coule devant nous. C'est  vrai  Clarac, c'est vrai, j'avais  oublié  ce détail. Bon allons y. Les voilà  qui se jettent les uns après les autres dans la rivière des inconnus. Là ils se font emporter  comme des fétus de paille en hurlant, tu nous a trahi Clarac, mais ce n’est pas grave tu vas mourir avec nous.  Ils vont bien finir par me voir, et qui sait peut-être me tuer ? Je me lève, et commence à entamer ma marche .Je longe la berge de la rivière. Je vais bien finir par trouver un passage, ou du moins un indice qui pourra  me permettre de regagner ma chère salle circulaire. 



       Le  torrent s'est  assagi

J'ai trouvé un endroit où le torrent est beaucoup moins furieux que là-haut, mais je ne sais toujours pas où je suis. Dans sa tête il entendit : tu es dans la voie des Martyrs. Ne traverse pas la rivière, mais continue tout droit. Bientôt tu rencontreras un personnage des plus importants. C'est  lui  qui a écrit la bible du vieillard, ou si l'on veut, la vraie langue celtique et le Cromleck de Rennes-les-Bains.  Les écrits que l'on a pu voir, sont pour certains une vraie fontaine de jouvence. Quelquefois Ils aident à la reconstruction de l'ESPRIT  DIEU.

Je crois qu'il va se passer de grandes choses. Je continue à marcher  le long de la rive, au loin j'aperçois une forme humaine. Je me rapproche, je connais ce personnage, j'ai déjà eu affaire à lui. Salut Eugène tu me reconnais ? Je vais t'accompagner jusqu’à la salle circulaire. Éléonore je n'ai pas besoin de tes services, tu te souviens comme tu m’as lâché l’or de ma visite chez les fous ? Tu t’es éclipsé comme un voleur alors non merci. Je continue seul, vas voir ton cher Baphomet et passe lui le bonjour. Sur ce je continue mon périple. Je passe par-dessus les herbes hautes, les troncs d'arbres morts, les broussailles qui me griffent continuellement les jambes. Je suis épuisé, et je ne vois pas de passage ah ! Oui le torrent s'est assagit. Je vais quand même traverser cette rivière  .La mousse sur les blocs de roches qui jalonnent le lit du torrent son très glissants, et j'ai du mal à tenir debout .Maintenant je suis parvenu à traverser. Bon je regarde autour de moi, rien qui bouge, pas un bruit, il faut absolument que quelqu'un m’aide. Je suis complètement perdu et en plus je n'en peux plus. Ah ! je vois quelqu'un au loin, c'est un pêcheur. Il est assis sur un rocher, Il m'a l'air  un peu moins  vieux que moi. Bonjour monsieur, Vous pouvez peut-être m’aider, je suis bel et bien perdu !!  Oui, oui, vous venez de la voie des Martyrs ?  Comment vous le savez que je viens de là-bas ?  Parce que je suis le gardien de cette voie. Je connais tout ce qui se passe dans cet endroit à jamais maudit des Dieux. Je suis une âme perdu et repentante, on m'appelle  
CELUI QUI EST  Je  peux vous aider  à vous sortir de ce mauvais pas. Je voudrais bien retrouver ma chère Germaine, mais pour le moment je dois sortir de cette forêt et rejoindre la salle circulaire. Je sais Eugène, je sais, mais avant tu vas écouter ce que j'ai à te dire. Il y a bien longtemps à l'époque où je n'étais encore qu'un enfant, je me suis retrouvé  en présence d'un maitre dans une grotte. C'est dans cette grotte que je cherchais des anciens papiers. J'étais tombé dans ce trou accidentellement. Donc soudain je me suis retrouvé en compagnie de ce personnage de conte de fées. Il me dit tout-à-coup : Je ne viens pas du  monde d'en haut, mais du monde des ténèbres. Je t'ai choisi parce que j'ai vu avec quelle opiniâtreté tu entreprenais les travaux qu'on t’avait assignés. Avec quelle force d'esprit tu arrivais à résoudre les problèmes les plus difficiles. C'est aussi parce que je vais bientôt disparaître que  j'ai choisi de te faire une très importante révélation. Je vais te faire connaitre un très grand secret qui te donnera   puissance et   richesse. Vous savez Maitre, je ne suis plus très jeune, ma vue est médiocre, et ma mémoire est faible. Alors si vous le voulez bien, choisissez une autre personne. Et puis Baphomet ne serait pas très content. Parce qu'enfin de compte je l'aime bien mon petit gardien. Moi aussi je le connais très bien ton Baphomet  maitre des passages ou comme toi tu les appels, LES  DOUZE VOIES  DE  LA SAGESSE. Moi  je ne les ai jamais appelé de cette façon, S'il vous plait ne me faite pas dire ce que je n'ai jamais dit. Tu sais Eugène certains pense que la sagesse est une suite de vertus, qui vantent spirituellement les bonnes actions que le monde a acquis par la patience, la bonté, etc. mais la sagesse des douze voies est une toute autre affaire, il s'agit d'un combat avec les puissances des ténèbres c'est à dire en rapport direct avec le mal sous toutes ses formes. Toutes les atrocités que tu as pu voir tout le long de la visite des voies de la salle circulaire, n'est qu'un aperçu de la puissance des forces démoniaques. Eugène j'ai un bout de pain, en veux-tu un morceau ? Je sais qu'il y a longtemps que tu n'as pas mangé. Non merci je n'ai vraiment pas faim et puis il faut que je continu ma route. Quand tu arriveras devant l'arbre de   vie, tu ne seras pas loin de ton but, alors prends un fruit de cet arbre et donne le à ton esprit.



L’arbre  de la vie et de la renaissance

Bon aller  en route, au revoir maitre, nous nous reverrons certainement. Me voilà reprendre ma route sans me retourner, je suis mieux dans ma tête et mon esprit. Je pense que bientôt je sortirais de cet enfer. J'ai l'impression  qu'on me suit, ce doit être la fatigue. Je vois maintenant en bas de cet immense champ. Il y a   un arbre  en lisière de forêt, il est plus grand et plus haut que les autres. Majestueux, ses feuilles  sont larges, mais je ne vois pas de fruit. C'est peut-être  les fruits de la connaissance ils ne sont pas là, parce que ce n'est pas l'époque de la maturation des fruits, ou parce que je ne suis pas assez fort psychiquement, ou que ce n'est pas lui l'arbre de vie. Je vais attendre, il va se passer quelque chose de spécial. Donc je me suis assis juste au pied du grand arbre puis, je me suis assoupi. Au bout d'un moment, il m'a semblé entendre quelqu'un parler. Je me retrouve dans un pré, les fleurs champêtres sont partout et m’enivrent de leurs parfums puissants. Les coquelicots, ces fleurs qui tapissent nos anciennes clairières, les boutons de milliers de plantes très jeunes explosent sans demander rien à personne, Marguerites, Jacinthes, pissenlit, et capucines chantent comme dans mon ancienne chorale .Il m'a semblé voir passer une bestiole, on dirait une marmotte. Elle se met quelques fois debout ou assise et disparaît aussitôt dans son terrier. Viens me dit-elle ! Ce n’est pas possible je comprends ce qu'elle dit, mais où suis-je, quelle est cette histoire encore. Maintenant ils sont des centaines à me dire viens, tu ne connais pas le royaume de la dame au grand cœur, celle qui donne le bonheur à tous les êtres qui se meuvent sur cet endroit  de rêve, où les hommes et tous les animaux s'entendent à merveille. Alors suis-nous et tu pourras manger les fruits de l'arbre de la vie.


              Je vous présente la reine des champs au printemps

Voilà la marmotte devant, et moi qui la suis derrière. Elle rencontre une foule d'amis et  d'innombrables  animaux qui disent : Bonjour Eugène nous somme tes amis maintenant. Ici tu peux avoir tout ce que tu désir mais attention, pour le moment interdiction de goûter au fruit de l'arbre de la vie ou tu devras partir pour ne plus jamais revenir. Je voudrais bien vous parler, Je vous trouve très sympathiques, mais voyez-vous je suis obligé de rejoindre la salle circulaire pour rejoindre le Baphomet, et surtout de sortir de cette voie des martyrs.  Eugène tu ne t'en es pas rendu compte mais il y a belle lurette que tu es sorti de cette voie. Un petit bonhomme dit mais si, mais si, tu es toi sorti de cet endroit, par contre tu n'as pas trouvé le chemin qui mène à ta salle, et c'est nous qui allons te montrer comment et par où tu dois passer. Un autre se mit à crier, tu ne sortiras jamais de la voie des martyrs parce que tu es trop vieux, d'ailleurs nous allons te mettre en prison, et la dame de cœur tu ne la verras jamais, mais que fais-tu ? je vais vous écraser  mais tous ceux qui se trouvaient avec la marmotte se sont changé en monstres sanguinaires, j'ai voulu m’enfuir, mais impossible ils ont voulu me lié pour m'amener à la prison. Alors je me suis débattu  de toutes mes forces, ensuite je crois que je me suis réveillé  à côté de  la rivière. L'arbre de vie a disparu, au loin je vois un écriteau sur lequel est inscrit Arques 3 km. Ouf  je suis sur la bonne voie, j’espère que je ne rencontrerais plus d'opposition et que je pourrais rejoindre mon amie. Ce n’est pas normal, J'étais au fond de la terre, et tout-à-coup je me retrouve en surface. Je me rapproche du panneau, je regarde tout autour   de moi, je suis pourtant sur une bute, mais je ne vois pas de château ni de loin ni de près. En plus je longe toujours la rivière. Il y a un sérieux problème. Je vais prendre à l'opposé  de la direction d'Arques et puis je verrais bien où ça me mènera. Quel est le crétin qui a planté ce poteau à cet endroit. J'en ai plein le dos de toutes ces histoires. On me veut du mal ce n’est  pas vrai .Et  le  gardien il est mort ou non ? Ce Baphomet de malheur nous prend tous pour des débiles mentaux. Je dois certainement être encore dans un lieu magic, Des animaux qui  parlent qui sont gentils comme tout, et tout-à-coup ils sont près à vous tuer. Assez  rêvé, je repars donc en sens inverse du panneau indiquant Arques 3 km .Je quitte donc le rebord  de la rivière, il me semble connaître cette endroit. Mais enfin je me méfie avec tout ce qui m’arrive, il faut faire attention à tout ce qui me paraît bizarre. Tout-à-coup un nouveau panneau, grotte de la Dame au grand cœur !!  Alors là  je ne vais pas me retrouver avec ces débiles d'animaux qui parlent etc. STOP : Demi-tour  et vite. Me voilà courir en sens inverse, je dépasse le panneau Arques 3 km. Je ralentis un peu, je suis à côté  de la rivière. Mince  c'est quoi ça ? Un aileron d'homme oiseau. Ils sont tous mort. Je me mets à courir comme un fou, voilà  que ça recommence, j'ai des hallucinations, ces visions  se manifestent lorsque je suis épuisé. Je vais me reposer à  l'ombre de cet arbuste, après je verrais. Pas un bruit, sauf peut-être un  léger vent du sud. Le vieux  s’assoupis,  là il voit  la salle circulaire en feu, la poupée de chiffon "soit le Baphomet " commence à roussir. Eugène vient vite me secourir je suis en train de brûler, et puis plus rien. L'arbre sous lequel je me suis endormi dit : aller Eugène vas vite secourir ton copain le  Baphomet. Je ne peux pas dormir tellement  je suis fatigué. Bon je vais voir ce que je peux faire pour le Baphomet. Oui mais où est passé cette foutue salle circulaire ?  Baphomet guide moi pour que je puisse te rejoindre. Tout-à-coup dans sa tête il entend  tout droit au petit pont à gauche et prends le passage des repentis.


             Au petit pont  prends à gauche 
Ah  voilà le petit pont, alors à gauche, vite. La devant lui se présente le rocher du roi  à côté de la dalle de la voie des repentis. Il la soulève, et s'engage dans l'étroit passage qui va le mener dans  sa salle circulaire. Là il regarde autour de lui, rien de spécial, le coffre est toujours là, pas la moindre trace de fumée. Il manque quand même quelque chose, le bruit de la chute d'eau. Je vais regarder dans la caisse du Baphomet, ah il est bien là. Mais inerte. Il ne bouge plus. Bon je me dirige vers la caisse au trésor, elle est vide, comme d'habitude. Un mot à l’intérieur. Ne te préoccupe pas de nous, nous sommes bien en vie. Va vite voir ton amie, et repose toi bien car il te reste une dernière voie à visiter. Avant d'aller te reposer médite sur ce qui pourrait bien arriver dans peu de temps. Il ne m'arrivera rien parce que je ne visiterais pas la douzième voie, salut Ce qui va suivre, c'est  la clé de ce mystère. C'est aussi une porte ouverte  où l'on peut entrevoir un secret  énorme et passionnant.  Pourquoi avoir choisi dès le début la station II  et III ? Parce que ce sont les stations les plus voyantes en ce qui concerne leurs restaurations.



                Photos  prises-en.

Celle de gauche en 2006   celle de droite en (1980)Nous voyons toute l'importance des photos anciennes qui               elles  ne sont pas altérées par la restauration. Nous voyons que la stèle derrière le Christ est bien une                         tombe et non pas le montant de la croix.


Photos  prise en
celle de gauche en 2006  celle de droite en (1980)
Nous voyons toute l'importance des photos anciennes qui elles,ne sont pas altérées par la restauration . Nous voyons bien que ce que tient le Christ est bien une tombe et non pas le montant de la croix.

   Eugène viens tu nous retarde. Tu dois rejoindre Germaine pour lui expliquer tes péripéties. Ah je la vois devant sa porte, elle doit  penser!  Mais où est-il passé, ça fait un bout de temps que je n'ai pas eu de ses nouvelles. Ah je le vois qui monte sur le chemin. Salut Germaine, tu vas bien ? Oui, oui tout va pour le mieux. Mais toi dit moi, je pensais que tu passerais plus tôt. Bon tu as fini maintenant tu vas pouvoir te reposer un peu ? Hélas il me reste une dernière voie, mais je ne vais sûrement pas me rendre malade pour cette dernière visite. Mais je me méfie un peu quand même, parce qu'avec ces deux énergumènes il faut toujours faire attention. Tu sais Germaine, Dans mes écrits j'ai commencé à parler de la deuxième et la troisième station de l'église de Rennes-le-château. Je sais Eugène, je sais. Tu as bien fait. De toute façon une minorité de personne te suivrons mais la grande majorité ne te suivras pas, parce que la plupart  des personnes font plus confiance aux écrivains, qu’à un  pauvre vieux qui à leurs yeux est certainement un peu gâteux. Un peu gâteux peut-être, mais pas idiot.  Dit moi Germaine, est-il vrai que l'Abbé saunière se retrouvât  fort démuni vers la fin de sa vie ? Oui, ce doit être à cause du décès de son ami Henri Boudet qui lui, décédât  environ 2 ans avant Saunière le 30 mars 1915. Donc nous pouvons dire Boudet disparu, l'Abbé Saunière se retrouva sans soutient, et sans argent. Beaucoup de gens sont d'ailleurs persuadés qu'une grande partie des sommes dépensées pour la réfection  de l'église de R-L-C , proviendrait  du Curé  Henri  Boudet. 


  

Cimetière de Rennes-Le-Château  (photo en 1970) 

                     Nous voyons que le clocher a été rehaussé.

Qu’à l'époque un tout petit nombre de scientifiques s'intéressaient à la vie des peuples qui habitaient dans la région. Les gens de Carcassonne n'ont rien compris. Quand   je parle des gens de Carcassonne, je veux dire la société scientifique de l’Aude. Un truc dans ce genre-là.  C'est vrai que c'était un érudit, il  se faisait  du souci pour ses paroissiens, et il n'était pas rare qu'il donnât  une pièce aux plus pauvres de son village. Je me rappelle que souvent ils partaient lui, saunière, et Gélis  vers la fontaine des quatre ritous. Boudet et Saunière étaient souvent ensemble, Ils gravissaient la région du soi-disant Cromleck à Rennes. Il était question de repères, d’alignements, on aurait dit deux géomètres. Les cris en patois résonnaient sur la colline du Serbaïrou .Ecoute moi Eugène, nous allons reprendre cette affaire au tout début, sans faire appel  aux pérégrinations des journalistes. Plus de cartes suspectes, plus de parchemins foireux etc. Nous reverrons l'histoire comme elle fut  découverte au moment du procès de l'Officialité. Donc l'histoire au départ  était que  Saunière  était suspectée de trafics de Messes. C'est donc bien à cause de la prodigalité de son abbé, que l’évêque de la ville de Carcassonne, Mgr de Beauséjour, entama  et déclencha d'abord pour son curé Béranger Saunière un éloignement de la cure de Rennes le château, en nomment L'abbé Marty en janvier 1909 à sa place, puis il traînât Saunière devant l’Officialité.   C'est de là  que commença véritablement l'affaire Saunière. Comme le dit si bien Jacques Rivière dans son livre   : « LE FABULEUX TRESOR DE RENNES LE CHÂTEAU"    C'est cette affaire Saunière qui aboutira aux procès de 1910 et 1911. Donc au départ il n'y avait  peut-être, d'après les habitants du village, qu'une affaire de trésor.   MARIE DE MAGDALA  peinte sous le maitre-autel  De R-L-C Henri Boudet  l'homme de l’ombre. Pour lui aussi tu sais Eugène il a eu des drôles d'histoires avec la Municipalité, et aussi avec ses supérieurs hiérarchiques .Son livre le Cromleck de Rennes Les Bains, quand il est sorti  n'a émue personne, pourquoi ? Parce

 

     SE RENDRE   ENSEMBLE DANS UN MÊME LIEU

      POUR FAIRE PÉNITENCE  ET SURTOUT POUR
            LAVER LE  PÊCHEUR DE NOTRE PAYS.
                IL A BÉNÉFICIÉ D'UN REMÈDE.




                                           Rendez-vous  à la  Quatrième partie,

 

                     
                                                        ninourob